Outils pour utilisateurs

Outils du site


faq:les_accessoires

Accueil

Les accessoires

Petit rappel ;-))

Avant tout nous vous rappelons qu'une clarinette utilise des ANCHES et non des hanches, qu'il s'agit d'un nom féminin, et qu'on écrit l'anche et non la anche

À quoi correspond la numérotation des anches ?

Schématiquement, plus le numéro d'une anche est faible, plus elle est souple (on dit “faible”, et “forte” pour une anche avec un numéro élevé)

Plus une anche est faible, moins elle demande d'énergie pour entrer en vibration, et donc moins elle est fatigante. Malheureusement aussi, moins elle est stable et plus elle à tendance à “canarder”. De ce fait, il est souvent conseillé de monter de force d'anche dès que possible pour avoir un son plus stable. Ce conseil n'est pas toujours judicieux, je trouve personnellement que le plus important est le confort du musicien.

Pour pallier à la difficulté des anches fortes, on fait débuter les clarinettistes sur des becs fermés (cf infra), qui rendent les anches fortes plus faciles à utiliser et donc diminuent les difficultés techniques, au moins au début.

Quand le clarinettiste aura stabilisé son embouchure, il pourra s'essayer à des combinaisons becs-anches diverses, les becs ouverts associés à des anches plus faibles permettant plus d'effets “spéciaux”, au prix d'un risque de dérapage plus important si l'embouchure n'est pas bien stable.

Je veux jouer du jazz/klezmer/tzigane/trad etc... que dois-prendre comme bec ?

Il n'y a pas à proprement parler de bec qui convienne pour un style et pas pour un autre, le confort du musicien reste primordial. Toutefois, un bec ouvert gagnera en puissance, très utile pour un soliste, et aura un son qui conviendra plus aisément à ces styles de musiques. De plus, un bec ouvert utilisera des anches plus faibles ce qui facilite les effets de glissando et autres distorsions sonores. Parmi les becs très ouverts ou dits «jazz» on trouve : Le 5JB pour Vandoren ou le Jazz* ou Jazz** pour les becs Pomarico Cristal. (voir le sujet sur l'ouverture des becs).

Quels sont les différents matériaux utilisés pour les becs, et pourquoi ?

Petite précision :

Au Moyen Age, le chalumeau utilise une anche simple (contrairement à la plupart des instruments à vent de l'époque à anche double comme la Chalémie) mais celle-ci est taillé à même l'instrument ou sur un petit cylindre de roseau rapporté : une lamelle de roseau est alors séparée du cylindre par une lame tranchante et l'ensemble sert de bec/anche.

Une forme de bec “moderne” (avec l'anche tenue par une ligature) apparait ensuite sur les chalumeaux mais taillée d'un seul tenant avec le corps de l'instrument.

Le bec amovible est d'apparition plus tardive, il est à l'origine inversé avec l'anche sur le dessus.

L'idée de le retourner avec l'anche dessous pour plus de confort apparait en 1810 à l'initiative de Heinrich Bärmann (1784-1847)

Bois (ébène et plus primitivement poirier)

Un des premiers matériau utilisés tout simplement dans la ligne droite de la fabrication de l'instrument en bois

On le trouve déjà sur des clarinettes baroques au XVIIe siècle.

Le problème du bois étant, comme pour le reste de l'instrument, sa variabilité en fonction de l'humidité : un bec en bois peut se déformer facilement et fendre.

Ces becs sont tournés.

Ivoire

Contemporain des becs en bois.

Cristal

Ces becs apparaissent à la fin du XIXe siècle.

Ébonite (caoutchouc fortement vulcanisé)

L'ébonite fait son apparition dans la fabrication des becs peu après le cristal.

Matériau très stable à l'humidité et à la température, l'ébonite permet deux modes de fabrication : le tournage / usinage et le moulage plus finitions manuelles.

Métal

Quelle est la différence entre un bec ouvert et un bec fermé ? comment choisir ?

Un premier avis, orienté «classique» et apprentissage

Posé comme ça, le problème des becs paraît bien simple, et pourtant je vous rassure tout de suite … il ne l'est pas du tout. Déjà comment reconnaître un bec ouvert d'un bec fermé ? Ça change selon les marques donc ça n'arrange pas le probléme.

Prenons Vandoren, le leader des becs en France : le bec le plus fermé est le 5RV et le plus ouvert est le B40 (dans les becs classiques traditionnels). Entre ces deux références, il y en a tout un tas : 5RV, 5RV Lyre, B45, B45'.', etc.

Ces becs seraient donc à moitié ouverts (ou à moitié fermé, au choix, tout dépend de l'optimisme du moment); mais il n'y a pas que l'ouverture qui entre en ligne de compte, des nombreux paramètres sont à considérer : la longueur de table, la mentonnière, le trapèze… Si nous devions prendre les plus importants ce seraient certainement l'ouverture et la longueur de la table.

Maintenant, il faut bien comprendre que chaque bec est unique du fait qu'ils sont terminés à la main, et le moindre petit rien du tout fait une différence énorme au résultat ; c'est pour ça que chaque clarinettiste va dire qu'il a un bec spécial.

Donc pour une même référence, aucun bec ne se ressemble. Ça complique encore le problème : vous pouvez tomber sur un très mauvais et penser donc que cette référence ne vous va pas, alors que c'est ce bec précisément qui n'est pas bon. Attention donc aux jugements hâtifs.

Tout ceci étant dit pour poser un peu le débat, passons à la question.

Un bec fermé est recommandé pour les débutants pour «canaliser» le son qui, au début part dans tous les sens. Le plus important pour les débutants est d'avoir un son, ne surtout pas chercher l'ampleur tout de suite, ça cacherait les défauts et le débutant serait perdu par la suite. Maintenant, des très grands solistes utilisent des becs fermés (le 5RV Lyre en particulier est très apprecié), donc il n'est pas réservé aux débutants non plus.

En général, on fait passer quelqu'un sur un bec plus ouvert au bout de quelques (un bon nombre quand même) années pour acquérir l'ampleur, la rondeur, la profondeur et surtout la puissance qui caractérisent un bec ouvert.

Mais il y a une contrepartie, le bec étant plus ouvert, il faut fournir plus de souffle, et aussi plus d'energie; la différence est très significative.

Le choix d'un bec doit s'effectuer, selon mon avis, à l'aide d'un prof, l'éléve n'a pas le recul de choisir sa référence lui même et encore moins les moyens de tester seul son bec.

En amateur éclairé, le choix d'un bec est une histoire de compromis, on privilégie la facilité au dépend de la puissance, on prend un bec fermé, il faut savoir que le staccato est plus facile sur un bec fermé. Maintenant, ce qui caractérise un bec ouvert est très important dans le désir de son d'un clarinettiste.

Le choix doit s'effectuer en comparaison et donc en connaissances de tous ces critéres :

  • le souffle ;
  • le staccato ;
  • la qualité du son ;
  • la facilité du jeu ;
  • les sensations ;

Voilà ce que vous devez savoir sur le choix bec ouvert ou fermé.

un petit ajout du relecteur

Un critère supplémentaire, mais qui s'adresse tout de même à des clarinettistes dont l'embouchure est déjà stabilisée, est le style musical principalement pratiqué. En dehors de la musique dite «classique», toutes les musiques utilisent généralement une grande palette d'effets (bend, glissando, vibratos en tous genres…) qui sont facilités par l'utilisation d'un bec possédant une ouverture confortable.

La ligature

C'est le petit accessoire qui permet de fixer l'anche sur le bec. Son but est d'assurer un bon maintien de l'anche, tout en la laissant vibrer le plus librement possible : la quadrature du cercle.

Il existe de nombreux modèles de ligature, plus ou moins chers, plus ou moins performants, mais bien souvent la différence au niveau du son lui-même n'est perceptible que pour un bon (voire excellent) clarinettiste.

Par contre, les différences sont plus nettes en ce qui concerne l'ergonomie. Il est souvent plus agréable d'utiliser une fixation dite “inversée” (la ou les vis sont à l'opposé de l'anche) et à une seule vis : le montage de l'anche est plus facile et nettement plus rapide.

Comment monter une lyre sur ma clarinette ?

Une lyre est un pupitre rapporté destiné au maintien des partitions lors des prestations extérieures. C'est une pince fixée sur le corps de l'instrument par un collier serré sur la bague supérieure du corps du bas.

La plupart des modèles autorisent la séparation de la lyre et du collier, celui-ci restant à demeure sur l'instrument. La virole visible sur le pied central est un contre-écrou : cela signifie que la lyre peut être retirée tout en laissant le collier en place.

Dans le cas particulier des clarinettes métal, il existe le plus souvent d'origine un écrou sur la clarinette destiné à visser la lyre sans avoir besoin du collier.

Petit topo sur le Zoom H2

Qu'est-ce que c'est ?

Un boitier gros comme un (gros) paquet de cigarettes. 4 Micros sur le haut, qui enregistrent soit en 90° vers l'avant, soit en 120° vers l'arrière, soit en ambiance à la fois en avant et en arrière, soit en quadriphonie. Micros d'excellente qualité au demeurant

+ un enregistreur mp3 et WAV sur SD Card

Qu'est-ce qu'il fait ?

La même chose qu'un magnétophone stéréo : on appuie sur le bouton record et il enregistre (plusieurs heures d'affilée). Il peut servir de lecteur de cartes. Il peut se brancher en USB sur votre PC pour remplacer la bouse qui lui sert de micro. Il peut éventuellement servir de walkman, mais c'est anecdotique

Qu'est-ce qu'il ne fait pas ?

Du traitement de son, du multipiste natif

A quoi ça sert ?

Avant tout de bloc-notes auditif pour les sessions de travail de façon à pouvoir se réécouter (solos, groupe, reportages, concerts) De micro extérieur pour s'enregistrer en multipiste sur PC avec par exemple Audacity.





Retour sur le forum Clarinette.net

faq/les_accessoires.txt · Dernière modification: 2013/04/20 10:29 par dickie