Outils pour utilisateurs

Outils du site


faq:l_entretien_et_la_lutherie

Ceci est une ancienne révision du document !


Accueil

L'entretien et la lutherie

L'entretien de base

De quel entretien a besoin une clarinette ?

Une clarinette, du fait du matériau (on parlera ici principalement des instruments en bois) nécessite quelques précautions et beaucoup d'attentions; certaines bases sont à respecter scrupuleusement sous peine de sanctions immédiates ou futures.

Lors de l'achat tout d'abord, bien examiner le bois pour vérifier la surface afin de s'assurer qu'aucune fissure n'est présente. Ensuite, demander au luthier de régler l'instrument correctement, vérifier les jeux (des clés), la réponse des clés, et la présence éventuelle de fuites (dues à un tampon mal posé ou pire, une fissure).

Une fois votre instrument prêt, prendre un bon étui qui protége bien l'instrument des variations de température, d'humidité, des coups, etc…

Une clarinette neuve doit être rodée, c'est extrêmement important, et beaucoup de clarinettistes oublient cette étape pourtant primordiale. Voici les temps que j'accorde :

  • première semaine : 10 à 15 min par jour,
  • trois semaines suivantes : 30 min par jour.

Et après on peut y aller mais attention, ma méthode n'a rien d'infaillible, chez certains ça va suffire, chez d'autres, non, on n'y peut pas grand chose, c'est une histoire de climat, d'acidité de la salive, de qualité du bois (surtout du séchage de celui-ci), de chance, etc… Disons que cette méthode limite les risques de fissure, et les fabricants d'instruments recommandent grandement le rodage, donc dites-vous que ça ne fera pas de mal à votre clarinette, et que ça peut lui en épargner. Pendant la période de rodage, pensez à passer l'écouvillon régulièrement dans votre clarinette.

Ensuite, dans l'usage normal d'une clarinette, la seule chose à faire est de passer l'écouvillon avant de ranger la clarinette, éventuellement de passer un chiffon sur les clés si vous voulez garder l'aspect brillant plus longtemps.

De temps en temps (quand ça coince), il faut passer un peu de corps gras sur les lièges des tenons. Vous pouvez demander du suif de bœuf à votre boucher, c'était le lubrifiant traditionnel encore dans les années (19)70, mais il existe maintenant des sticks (comme le rouge à lèvre) beaucoup plus pratique d'emploi.

On préserve la clarinette des écarts de température trop importants : surtout ne pas ranger sa clarinette dans le coffre de la voiture et la sortir dans un endroit trop froid (je pense aux vacances d'hiver, quand la clarinette passe brutalement d'un coffre à 35° à 0°).

Oubliez ceux qui vous conseillent à toutes les sauces d'huiler votre clarinette ; c'est à prescrire seulement dans le cas d'une clarinette oubliée pendant un bon nombre d'année dans un placard et qui veut reprendre du service et à proscrire dans les autres cas. De plus, n'importe quelle huile ne convient pas.

Pour les trous salis, on passe des coton-tiges dedans, c'est parfait. (et pour les clar en métal, c'est bien suffisant !)

Comment nettoyer sa clarinette ?

Normalement une clarinette n'est pas sale … elle n'a donc pas besoin d'être nettoyée.

Elle a juste besoin d'être soigneusement essuyée après utilisation pour la préserver de l'humidité.

Pour cela il suffit de passer à l'intérieur un écouvillon à 2 ou 3 reprises, après avoir démonté le bec, en introduisant l'écouvillon dans le pavillon pour le faire ressortir par le barillet. Attention à bien déplier l'écouvillon, chaque clarinettiste a au moins une fois dans sa vie coincé un écouvillon en boule au niveau du tube de registre de la clé 12, qui déborde dans la perce, et eu un mal de chien ensuite pour le décoincer.

Ensuite, après démontage de la clarinette, il suffit de soigneusement essuyer l'intérieur de chaque tenon pour éliminet la condensation qui s'y cache toujours.

Il existe une multitude d'écouvillons sur le marché, à commencer par celui en général fourni avec la clarinette, mais vous pouvez très bien en fabriquer un vous-même avec un carré de coton, un ruban, et un lest quelconque à coudre à l'intérieur de l'extrémité du ruban.

Les plus soigneux absorbent l'humidité résiduelle au niveau des tampons avec du papier à cigarette. Attention toutefois à ne pas déposer de la colle sur les tampons lors de cette opération !

Pour les becs, on peut utiliser les mêmes écouvillons (de préférence en entrant par le talon du bec) ou un écouvillon dédié genre “balai-brosse”.

En dehors des becs en bois, plutôt rares, on peut très bien nettoyer son bec à l'eau et au savon, ou au liquide vaisselle dilué, ou au dentifrice, en prenant bien soin de bien rincer ensuite.


Petits problèmes d'émission : l'eau, la correspondance, le bouchage…

L'eau

Dans la clarinette l'eau de la salive et de l'eau de condensation peuvent vous empoisonner la vie.

Les symptômes sont :

  • L'émission des notes de gorge la♭ et si♭ est difficile et vous demande de plus en plus d'énergie.
  • Le do# médium ou le sol# clairon sortent mal.
  • Le changement de registre médium à clairon est acrobatique sur certaines clarinettes d'étude comme par exemple l'Evette.

Les remèdes sont heureusement simples : vérifiez qu'il n'y a pas d'eau sous les tampons des clefs suivantes :

  • La clé 10 qui sert à l'émission du si♭. Elle est fréquemment mouillée.
  • La clé 9 qui sert à l'émission du la♭
  • La clé 6 qui sert à l'émission du do# médium et sol# clairon
  • La clé 12 qui sert à changer de registre (Il arrive qu'une bulle se forme dans les tubes de registre étroits).

Dans tous les cas :

  • Ouvrez le tampon de la clé mouillée
  • Soufflez énergiquement dedans pour évacuer l'eau de la cheminée dans la perce et éliminer une éventuelle bulle.
  • Evitez l'utilisation du papier à cigarette. En effet, à l'échelle du tampon, le papier cigarette est légèrement abrasif. En plus, le papier humide risque de se déchirer et rester collé sous le tampon. Pire encore: le papier talqué/poudré: avec l'humidité, la poudre va créer une pâte qui va faire coller encore plus vos tampons. Il est plutôt conseillé d'utiliser le coin d'un chiffon doux (ce qui est bon pour les vitres est bon pour la clarinette !). il suffit de la glisser entre la cheminée et le tampon et de le retirer délicatement après avoir fermé légèrement la clef. Il existe également des chiffons spéciaux assez efficaces.
  • Pressez le tampon sur le chiffon jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de trace d'humidité.
  • Démontez le bec.
  • Essuyez la perce avec l'écouvillon avec autant de passes que nécessaire.
  • Remontez le bec et jouez.

Si cela vous arrive, arrêtez de jouer. N'insistez pas, séchez les tampons et la perce pour que l'écoulement de l'eau finisse par emprunter d'autres chemins moins gênants. En suivant ce conseil le phénomène s'estompera un peu et disparaîtra peut être.

Pour éviter que les tampons des clés 12 et 6 deviennent imbibés d'eau certains luthiers les remplacent par des tampons en liège.

Pour limiter l'eau de condensation dans la perce vous pouvez aussi “acclimater” votre instrument en ouvrant l'étui quelques heures avant de jouer.

La correspondance

Entre le corps du haut et le corps du bas il y a deux pattes en métal complémentaires appelées “correspondances”. Celle du corps du haut dépasse le tenon femelle et vient se positionner sur celle du corps du bas. L'alignement doit être précis et les épaisseurs de liège sous la patte du corps inférieur et sous celle du corps supérieur au niveau du raccord doivent être précisément ajustées.

Cette patte met en relation les coupelles des tampons rattachées aux anneaux du corps du bas avec ceux du corps du bas également liés aux anneaux. Les problèmes d'émission proviennent d'une désynchronisation de la fermeture de ces coupelles et donc d'un mauvais bouchage.

Le symptôme principal :

  • Le doigté fouche du mi♭ (chalumeau) si♭ (clairon) ne fonctionne plus.
  • (Les notes du bas chalumeau peuvent être aussi affectées)

Les causes :

  • Un montage brusque sans avoir abaissé les anneaux du corps du haut a tordu une des pattes (souvent celle du corps du haut vers la gauche).
  • Un liège s'est tassé sous l'une des pattes
  • Un liège est tombé ou s'est déchiré (souvent celui sous la patte du haut)

Les remèdes :

  • Si la clef est tordue et que vous n'avez pas de pinces spéciales qui ne marquent pas le clétage, il est plus prudent de l'amener chez un vrai luthier.
  • Si vous êtes équipés et que vous êtes un bricoleur, redressez la patte dans sa bonne position. Faites attention à ne pas la fragiliser. Attention également à garder le même axe que la position d'origine: autrement, dans certaines positions la correspondance sera bonne, pas dans d'autres !
  • Si nécessaire remplacer les lièges

Pour remplacer les lièges de la correspondance :

  • Couper dans une plaque de liège de l'épaisseur appropriée (ou dans un bon bouchon de vin en liège) un morceau selon une épaisseur légèrement supérieure à celle requise.
  • Coller avec une colle de type néoprène le liège sur le métal préalablement nettoyé avec un peu d'alcool (mais jamais sur le bois !).
  • Laisser sécher.
  • Tailler le contour en suivant le métal avec une lame de rasoir ou un scalpel.
  • Avec un bout de toile émeri ajuster petit à petit l'épaisseur.
  • Contrôler régulièrement le bouchage. La note sib clairon fourche doit sonner sans effort.

Les leviers main gauche

Le symptôme principal : * L'enchaînement Do (n°C) à gauche Si (n°A) à droite La Do (n°C) à gauche clairon ne passe plus souplement mais avec un petit retard ou en appuyant plus fort que d'habitude. Le même enchaînement de l'autre côté main gauche puis main droite passe sans difficulté et retard d'émission.

  • (Les notes correspondantes une douzième plus du chalumeau sont aussi affectées)

Les causes possibles :

  • Vous avez une mauvaise position du petit doigt sur les palettes. Cela arrive si vous avez changé de clarinette et que l'ergonomie du clétage est un peu différente.
  • Le liège au niveau du palier à la jonction avec le levier de Do s'est tassé ou parfois coupé car la pièce en rotation est parfois très anguleuse comme sur les Buffet Crampon RC.
  • Un liège sous le palier (petit liège rond sur le corps) est tombé ou s'est tassé.

Les remèdes :

  • Vérifiez la position de votre petit doigt avant d'incriminer la mécanique. Si le petit doigt est posé trop près de la tringle la rotation se fait mal.
  • Essayez de redresser le liège en le repassant un peu avec une fine plaque à tamponner ou changez le.
  • Remettez ou remplacez le liège sous le palier pour supprimer le jeu dans le mouvement du levier
  • Adaptez-vous à la situation en attendant de montrer votre instrument à un luthier qui fera ces réglages avec maîtrise pour vous.

Comment tester le bouchage d'un tampon

Évidemment vous pouvez commencer par regarder : si le tampon ne bouche pas la cause est entendue…

Pour le cas plus litigieux, suivez la procédure suivante :

  • Coupez une petite bande de papier à cigarette (même non fumeur, tout clarinettiste se doit d'avoir cet accessoire),
  • Rentrez la en partie dans le trou.
  • Fermez à l'aide de la clé correspondante. Tirez le papier, notez mentalement la résistance
  • Recommencez sur tout le pourtour de ce trou.

Si à un moment donné le papier “glisse” sans résistance, alors il y a un problème de bouchage

Les lampes glissées dans la perce servent à vérifier le bouchage sur les instruments à plateau comme la clarinette basse. Sur les clarinettes si♭ cette méthode est dite moins efficace que celle décrite plus haut car les tampons en baudruche diffusent un peu la lumière.

Comment tester le bouchage global des corps du haut ou du bas

Il y a plusieurs méthodes :

  • Prendre le corps du haut ou du bas de la clarinette.
  • Boucher l'extrémité la plus basse avec un sachet de plastique fin roulé en boule et rentré en force. (On peut aussi boucher une extrémité sur la cuisse ou une main mais c'est moins pratique. Les luthiers utilisent pour cela un bouchon de liège ou de caoutchouc d'une dimension appropriée.)
  • Boucher avec vos doigts les trous et tampons ouverts (appuyer pour cela sur la palette (N°A) avec le petit doigt main gauche sur le corps du bas).
  • Aspirer à l'autre extrémité pour créer une dépression.
  • Bloquer avec votre langue
  • La clarinette doit tenir le vide au moins trois secondes
  • Si on relâche la palette A sur le corps du bas, les tampons ne doivent pas remonter.

Une autre méthode consiste à souffler dans le corps de la clarinette après avoir bouché une extrémité. On doit sentir nettement une résistance. Bien sur, les tampons du bas en particulier de la clé 2 peuvent remonter si on souffle très fort sans qu'il s'agisse d'un défaut. Cependant, ils ne doivent pas lâcher facilement ce serait le signe de ressorts trop faibles à changer.

Pour tester le bouchage des clarinettes les luthiers utilisent parfois un appareil qui fait le vide d'air.

Trucs pour se dépanner en attendant mieux

Compenser un liège de tenon un peu lâche

Le mieux est évidemment de changer le liège. Mais en attendant, vous pouvez entourer le liège avec du ruban Téflon™ qu'on trouve dans les grandes surfaces de bricolage pour étanchéifier les raccords de plomberie.

Régler la correspondance

Pour se dépanner rapidement, il est possible de glisser délicatement sous la patte du corps du bas un petit tournevis et délicatement de faire levier vers le haut. Il faut cependant faire attention à ne pas trop tordre les pattes. S'il s'agit d'un problème de liège, il vaut quand même mieux remplacer les lièges.

On peut aussi légèrement décaler la correspondance pour accroître l'effet de levier de la patte du bas en attendant une réparation plus appropriée.

Une tringle (ou une vis) que se dévisse

C'est relativement fréquent (en particulier sur la basse) les tringles se dévissent et sortent des logements des boules. Le remède est heureusement simple.

  • Il faut mettre une goute d'huile sur le bout de la tringle coté filetage et remettre la tringle (ou la vis) en place avec un tournevis adapté. Bien essuyé pour éliminé toute surcharge d'huile.
  • Enfin déposez une goutte de verni à ongle transparent sur la tête de la tringle (ou de la vis). Si un luthier doit intervenir sur l'instrument l'action de son tournevis fera simplement craquer le verni et libérera l'axe (ou la vis).

Une vis pointeau perdue

Il s'agit d'un dépannage d'urgence forcement très provisoire. Passez un cure dent la pointe insérée dans l'axe à travers la boule.

Un ressort qui casse sur une clef ouverte

Un petit élastique passé sous le palier de la coupelle et autour du corps peut maintenir la clef ouverte (par exemple corps du bas coupelle mi et fa). Là encore il s'agit d'un dépannage de fortune.

Le barillet coince

C'est un défaut très fréquent des clarinettes en bois neuves en général et plus particulièrement des Buffet-Crampon. Le bois du tenon gonfle à l'usage et coince. Graisser les lièges (sans excès) est toujours utile, mais bien souvent ne suffit pas dans ce cas. La seule solution viable est la rectification du tenon par un luthier compétent et outillé. En tout cas ne jamais forcer comme une brute pour ne pas fausser le clétage.
Un truc qui peut aider quand c'est vraiment coincé, c'est de mettre le corps du haut et le barillet une heure au réfrigérateur pour faire se rétracter le bois, mais ce n'est évidemment qu'un dépannage.

La "vraie" lutherie

Une référence incontournable : le livre “Clarinette mon amie”. Ernest Ferron. Éditions IMD.

Autre ouvrage intéressant, mais malheureusement uniquement en langue anglaise : “A Guide To Repairing Woodwinds”, Ronald Saska, Roncop publications (États-Unis).

Démontage de la clarinette

Voici l'ordre de démontage d'une clarinette:

  • Corps du bas
    1. Spatule de Mi/Si
    2. Spatule de Fa#/Do#
    3. Clé de Fa/Do
    4. Clé de Sol#/Mi♭
    5. Clé de Mi/Si
    6. Clé de Fa#/Do#
    7. Levier d'Ut
    8. Anneaux de la main droite
    9. Clé de Si/Fa#
  • Corps du haut
    1. 4ème cadence Mi♭/Si♭
    2. 3ème cadence Fa#
    3. 2ème cadence Si♭
    4. 1ère cadence Si/Do
    5. Clé de Sol#
    6. Clé de La
    7. Anneau de Sol
    8. Anneau de la main gauche
    9. Clé de Do#/Sol#
    10. Clé de Mi♭/Si♭
    11. Anneau de pouce
    12. Clé de douzième

Munissez-vous d'une plaque d'aggloméré que vous percerez pour y mettre les vis et les axes avec le nom correspondant à chaque clé, afin de ne rien mélanger!

La visserie de la clarinette

Pour chaque clé, vous trouvez (habituellement, certains modèles pouvant différer) :

A: 2 vis à pointe, 1 ressort aiguille

B: 2 vis à pointe, 1 ressort aiguille

C: 2 vis à pointe, 1 ressort aiguille

1: 1 charnière qui peut être commune avec la 2 (Noblet anciennes)

2: 1 charnière si pas commune à la 1

3 et 4: 1 charnière commune, 1 ressort aiguille chacune

5: 1 charnière (ou 2 vis à pointe), 1 ressort aiguille

6: 1 charnière, 1 ressort aiguille

7: 1 charnière + un ressort plat + 1 vis ressort

7 bis: 1 charnière, 1 ressort aiguille

8: 1 charnière + un ressort plat + 1 vis ressort

9: 1 charnière + une vis de réglage, 1 ressort aiguille

10: 1 charnière + un ressort plat + 1 vis ressort

10 bis et 11: 1 charnière commune + 1 ressort plat et 1 vis ressort chacune

12: 1 charnière + un ressort plat + 1 vis ressort

Anneaux main droite: 2 vis à pointe, 1 ressort aiguille

Anneau main gauche: 1 vis à pointe, 1 ressort aiguille

Anneau index gauche: 1 charnière à pointe (la pointe va dans l'anneau main gauche), 1 ressort aiguille

Anneau pouce: 1 charnière

Régler les levées

Ajustement et réglage

(Il s'agit d'une synthèse de différentes sources parfois traduites de l'anglais.) (des photos d'illustration seront insérées plus tard)

Les réglages consistent essentiellement à supprimer les jeux trop importants dans le mouvement des clefs et à régler la hauteur des coupelles pour que chaque mouvement de clef donne une note claire. Une coupelle trop basse étouffe la note. Les hauteurs en mm dans ce qui suit sont données à titre indicatif comme hauteur de seuil car ces valeurs dépendent des fabricants et des modèles de clarinette.

Sur le corps du haut :
  • La hauteur de la coupelle de la clef de registre (N°12) actionnée doit être maximale (environ 4 mn). La face supérieure de l'anneau du pouce sert de repère la base de la coupelle ne doit pas la dépasser.
  • Les clés de La (N°10 ) et La♭(N°9) doivent être réglées de telle sorte que lorsqu'on actionne la spatule de la clé de La♭ (N°9) après celle du La (N°10) la coupelle de La♭ s'élève de l'épaisseur d'une feuille de bristol au-dessus de celle du La (N°10). Si on actionne la clé de La♭ (N°9) il doit donc apparaître un jeu infime entre les deux leviers sous la vis. L'espace entre les deux clés se règle aussi avec cette petite vis visible sur le dessus de la clé de La♭. Si cette vis bouge, il faut mettre une goutte de vernis à ongle incolore sur la tête de vis. Quand la spatule de clé de la est actionnée le bord inférieur de la coupelle de l'anneau du fa se trouve à environ 2 mm de la face inférieure de la spatule de la clé de la. L'action de la spatule de clé de La (N°10) doit permettre un mouvement libre sans être gêné par la clé de La♭ (N°9) et sans toucher la coupelle solidaire de l'anneau de la note Fa.
  • Les clés de trille Do ( N°11) et Si♭ ( N°10bis ) sont réglées sensiblement au même niveau. Le bord inférieur des coupelles s'élèvent d'environ 4 mm du haut des cheminées. Les spatules de ces clés sont au repos à la même hauteur. Leur action doit donner une ouverture maximale des coupelles sans que les leviers se choquent l'un contre l'autre ou sortent du berceau de support. Un liège collé sous les leviers de ces clés, immédiatement après les spatules, amortit les bruits de choc contre le corps. Si nécessaire, ils permettent d'ajuster un peu la hauteur de la coupelle.
  • La clé de trille de Fa# (N° 8 ) doit être à la même hauteur que celle de Si♭ ( N° 7 ). Les spatules sont un cran en dessous des clés de trille Do et Si♭. Quand on actionne la spatule de la clé de trille Fa#, la hauteur de la coupelle est la même que celles des autres clés de trille. Il y a un liège sous la spatule de la clé de Si♭ pour éviter les bruits de choc sur la patte de correspondance et la tringle des anneaux du corps du bas. La clé de trille Si♭ (N° 10bis) doit être réglée pour donner une ouverture de la coupelle la plus grande possible.
  • La clé de Do#/Sol# (N° 7bis) doit permettre une ouverture maximale de la coupelle. Le liège sous la spatule est de faible épaisseur. Pour les réglages de l'épaisseur des lièges sous les spatules mi♭ et do#, il faut veiller à ce que l'émission des notes Do/Mi♭ et Do/do# soit claire.
  • L'anneau de Fa# chalumeau (index gauche) ainsi que la coupelle associée doivent avoir une levée maximale (soit environ 4 mm sinon la note Fa bourdonne un peu). Le haut de l'anneau doit être à peu près au niveau du bas de la spatule de la clé la (N°10) quand elle est pressée. Cette hauteur est ajustée par l'épaisseur du liège sous le levier de raccord avec l'anneau du pouce.
  • Les anneaux doivent être réglés un peu plus haut que le haut des cheminées (une épaisseur de papier bristol par défaut). Le réglage peut être affiné en fonction des doigts de l'instrumentiste. Plus les doigts sont larges moins les anneaux sont relevés plus les doigts sont fins plus ils le sont. C'est à celui qui fait le réglage d'apprécier la hauteur maximale des anneaux par rapport au bord supérieur des cheminées. Le réglage est optimal quand la pulpe des doigts permet de couvrir en même temps le trou de la cheminée et celui sous la coupelle de la clef associée à l'anneau.
Sur le corps du bas :
  • La clé de Fa# (N°5) doit avoir sa levée maximale de sorte que le haut de sa spatule soit juste au dessus de la face supérieure des trois anneaux du bas. La hauteur est ajustée avec l'épaisseur du liège fin qui se trouve sous l'étroite spatule.
  • La hauteur des trois anneaux et de la coupelle associée est équivalente au 1/2 diamètre du trou de la cheminée qui se trouve sous l'anneau de l'index soit environ 4 mn (On mesure la hauteur des anneaux à partir du bord le plus haut c'est à dire diamétralement opposé à la tringle qui relie les anneaux). La hauteur de la coupelle doit être suffisante pour faciliter l'émission pleine du Do chalumeau et du Sol clairon. La hauteur des anneaux est réglée en ajustant l'épaisseur de l'épais liège (environ 2 mm) sous la correspondance du corps du bas.
  • La correspondance est bonne si une pression sur les anneaux du corps du bas ferme de façon synchronisée la coupelle du corps du bas située au dessus de l'anneau de l'index droit et celui situé sur le corps du haut au-dessus de l'anneau du majeur gauche. Pour tester la qualité de la liaison il faut faire sonner un mi♭ fourche. Si la note ne sonne pas alors il faut régler l'épaisseur des lièges sous les pattes de correspondance. Le liège sous la patte du corps du bas fait environ 2 mm celui sous la patte du haut est plus fin environ 1 mm. Si les lièges se sont tassés, il ne faut pas hésiter à les changer plutôt que de tordre les pattes (sauf s'il s'agit d'une solution légère de dépannage d'urgence-voir à ce sujet la section problèmes d'émission et correspondance). Choisir un liège un peu plus épais que celui qui est remplacé. Il faut avec un bout de toile émeri grain fin abraser sa surface jusqu'à ce que le bouchage soit parfait et que la note mi♭ fourche sorte sans effort. Bien entendu, il faut vérifier avant ces opérations qu'il ne manque aucun liège sur la correspondance et que les pattes n'ont pas étés tordues par une manœuvre malheureuse au montage.

Régler les palettes du Do (N°3) Si (N°A) et Do# (N°B) du corps du bas est la partie la plus délicate du réglage. Il faut prendre pour constante le réglage de la levée de la coupelle du Do à droite (N°3)

  • On part du réglage de la palette du Do à droite (N°3) dont la levée doit être maximale (environ 4 à 5 mm à partir du bord bas de la coupelle). L'ajustement se fait en abrasant le fin liège qui se trouve au pied du levier de de la clef à la jonction avec le bras du levier à gauche (N°C). A ce stage aucun besoin de tordre quoique ce soit.
  • On règle ensuite la levée et la palette du Do# (N°B). Il faut si nécessaire tordre la palette jusqu'à ce qu'elle touche le pied de biche sous la palette du Do (N°3). Le pied de biche est recouvert d'un liège fin sur sa face supérieure. Il ne doit pas y avoir de jeu dans l'action du Do et du Do#. La pression de la palette du Do# doit entraîner la fermeture de la coupelle du Do (N°3) et l'ouverture de celle du Do#(N°B) sans délai. La palette du Do# (N°B) est au contact du liège du pied de biche.
  • On règle ensuite la palette et l'ouverture de la clé de Si (N°A) de la même façon en prenant comme base la clé de Do(N°3). Un ajustement précis peut être réalisé en abrasant un peu le liège. Les coupelles du Do et du Si doivent se fermer sur leur cheminée de façon synchronisée. S'il y a un décalage, on peut tolérer une coupelle de Si très légèrement plus haute mais pas l'inverse.
  • Si la clé du Si (N°A) est trop ouverte. Tenir la coupelle de Si fermée avec la paume de la main gauche, appuyer le pouce de la main gauche sur la coupelle du Do pour la maintenir fermée. Exercez une pression égale sur les deux coupelles. Avec un petit maillet de bois donner un petit coup sur le bout de la spatule du Si. Elle va descendre sans changer le réglage du Si lui même. Faites en sorte que la spatule de Si et de Do# se trouvent au même niveau et au contact du pied de biche de la clé de Do. De cette manière vous éliminerez tout jeu dans l'action de ces clés.

Le réglage des leviers Do# (N°2), Si (N°1) main gauche résulte naturellement du réglage précédent des palettes qui doit se faire levier en place. Cependant il faut éliminer tout jeu dans le fonctionnement des leviers car ils sont la source de bruits désagréables du clétage ; de plus, la hauteur des coupelles affecte aussi l'émission de la note Sol chalumeau (ou ré clairon). La position des leviers ne doit donc pas modifier les réglages qui éliminent les jeux sur les palettes main droite.

  • Pour supprimer les bruits, il faut vérifier qu'un des petits lièges placés sous les leviers ne s'est pas décollé. Le symptôme est un petit bruit de choc contre le corps du bas si on actionne les leviers. Dans ce cas il faut les remplacer. Sous le levier de Mi♭ c'est une mince épaisseur de liège collée sur le bras à l'extrémité proche du connecteur vers les palettes main droite. Pour les deux autres bras Do#(N°2) et Si(N°1) ce sont de petits ronds de liège collés sur postes. Les extrémités des bras viennent s'y appuyer. On peut facilement les remplacer en découpant de nouveaux ronds de liège à l'emporte-pièce dans une petite épaisseur de liège. Ensuite, il faut abraser la surface du liège jusqu'à une bonne position du levier.
  • Le levier de Si (N°1) doit avoir sa palette légèrement plus haute que celle du Do#(N°2). Les bras viennent s'insérer dans des lumières usinées dans les leviers qui sont solidaires des palettes de la main droite.
  • Dans les instruments modernes, il y a un bout de téflon à l'extrémité des bras qui s'engage dans cette lumière et qui assure une liaison souple et sans frottement avec les bras pour actionner les coupelles avec la main gauche.
  • Dans les instruments plus anciens, c'est un ergot de métal qui joue le même rôle. Pour une action souple, non bruyante et durable (usure métal contre métal) il faut découper des petits ronds de baudruche (des ronds fait dans du pastique font aussi l'affaire), mettre une goute d'huile au bout de l'ergot en métal du bras. Prélevez avec le bras le petit rond de baudruche qui adhèrera au bras grâce à la goute d'huile. Éventuellement pour améliorer l'esthétique du clétage vous pouvez chauffer légèrement pour que la baudruche en excès se rétracte. Enfin, insérez le bras avec son ergot ainsi encapuchonné dans la lumière de son levier.

Remplacer les lièges des tenons

  • Enlever le vieux liège (avec un tournevis, parfois). Vous pouvez utiliser de la ficelle pour nettoyer en profondeur ! Nettoyer en curetant les fentes qui vont accueillir le nouveau liège, frotter à la paille de fer… et là c'est quasiment propre…
  • Mesurer la largeur de la bande de liège.
  • Faire un biseau dans l'épaisseur du liège à une extrémité avec une lame de rasoir.
  • Encoller le tenon et le liège avec de la colle néoprène
  • Attendre 15 mn
  • Poser le liège délicatement (tenir compte du sens de rotation au montage de la clarinette pour le sens du biseau)
  • Lorsque le tour complet est réalisé, là où ça se chevauche, couper avec une lame de rasoir en faisant une petite diagonale dans l'épaisseur, le côté le plus long étant au fond (c'est là qu'il faut être bien patient et aller tout doucement).
  • Appuyer un peu tout autour. (Eventuellement serrer quelques heures avec du ruban Téflon™ pour bien maintenir en place)
  • Ne pas oublier de graisser le liège

(Re)tamponner

avec des tampons baudruche

Procédure publiée sur Remplacement de tampons de clarinette

Outils nécessaires :
  • lunette de protection
  • 2 tournevis (petit et large)
  • petite pince
  • spatule pour tampons
  • bec de gaz ou pistolet à colle
  • aiguille
  • pièce de cassette magnéto. (bande magnétique)
Fournitures nécessaires :
  • alcool dénaturé
  • colle pour pistolet à colle
  • tampons appropriés
  • eau pour la mise en place des tampons
Procédure à suivre :
  • enlever les clefs et tampons
  • mesurer le tampon
  • percer le tampon
  • presser le tampon
  • appliquer la colle
  • chauffer la coupe du tampon
  • placer le tampon dans la coupe
  • enlever la clef de l'instrument
  • aplanir le tampon
  • installer le tampon
  • tester l'instrument

Détail de la procédure :

  1. Enlever la clef de l'instrument avec le tournevis adapté. Utiliser la petite pince pour retirer la charnière après avoir dévissé. Chauffer l'arrière de la coupe du tampon avec la flamme du bec de gaz jusqu'à ce que l'ancien adhésif se ramollisse et l'enlever. Nettoyer la coupe du tampon (clef) jusqu'à ce qu'il ne reste plus de colle.
  2. Choisir un tampon neuf qui convienne parfaitement à la coupe. Pour s'assurer de la bonne taille, trouver un tampon qui ait la taille de la coupe et prendre celui qui a la taille juste en dessous. Par exemple, si un tampon de 10mm convient alors utiliser un de 9.5mm. Un tampon de sopranino ou de clarinette se mettra en place dans la coupe avec son écrasement (exception indiquée en numéro 9)
  3. Percer le côté du tampon en utilisant une aiguille. Percer seulement le côté du tampon; ce n'est pas nécessaire de piquer dans le feutre. La peau percée n'entraînera donc pas d'humidité dans le tampon et ne causera pas de gonflement du tampon lors du chauffage de la coupe.
  4. Si la qualité du tampon utilisé est médiocre, vous aurez à repasser le tampon. Une qualité de tampon médiocre se reconnaît à une surface gonflée, grossie. Une bonne qualité est lorsqu'il a une surface plate régulière qui recouvre correctement le trou de tonalité. Si vous utilisez une bonne qualité de tampon avec une surface plane, allez en numéro 5. Si vous sentez que vous devez repasser le tampon, procédez comme suite : humecter la surface du tampon avec de l'eau. Chauffer la spatule pour tampon sur le bec de gaz approximativement 5 secondes. Mettre la spatule contre le tampon et presser la spatule sur le tampon (5sec). L'eau sur le tampon devra grésiller lorsque la spatule chaude touchera le tampon. Si l'eau ne grésille pas, répéter l'opération et chauffer davantage la spatule. Si vous chauffez trop, vous risquez de brûler légèrement la surface du tampon et vous devrez recommencer depuis le début avec un nouveau tampon.
  5. Déterminer la profondeur du tampon et juger de la quantité de colle à utiliser. Mettre trop de colle est peu esthétique, la colle s'écoule entre le tampon et la coupe. Trop peu de colle empêchera le tampon de tenir suffisamment. Attention la colle ne doit pas faire de goutte. L'objectif est juste de ramollir la colle. Avec un pistolet c'est plus simple : vous devez juste appliquer la bonne quantité de colle sur l'arrière du tampon.
  6. Chauffer l'arrière de la coupe sur le bec de gaz environ 5 secondes.
  7. Mettre le tampon dans la coupe et s'assurer qu'il est fixé régulièrement. Ne pas presser le tampon contre la coupe. Laisser l'assemblage se faire.
  8. Remettre la clef sur l'instrument.
  9. Chauffer l'arrière de la coupe (attention à l'instrument), fermer la clef normalement (légèrement) Exercer une pression comparable à celle exercée en jouant ou permettre une fermeture avec souplesse de la clef. Une fois que la coupe aura refroidie, insérer le ruban de mesure entre le tampon et le trou d'harmonie sur le dessus du tampon (la position 6:00), fermer la clef avec une pression normale de jeu (ou jouer sur la souplesse de fermeture de la clef) et retirer le ruban, noter la tension de la résistance. Répéter le processus pour les positions : 12h, 3h et 9h, chaque fois noter la résistance. Si la résistance est environ égale partout, passer en numéro :10. Si la résistance n'est pas identique (dans la plupart des cas), vous devez ajuster le tampon dans la coupe pour avoir un bon joint sur l'instrument. Avec le ruban de mesure vous avez constaté où le tampon ne fait pas l'étanchéité. Chauffer la coupe 5 sec environ pour ramollir un peu la colle. Utiliser la spatule, déplacer doucement le tampon vers le côté où vous avez senti le moins de résistance. Habituellement un léger déplacement fera l'affaire. Vous devez continuer plusieurs fois jusqu'à ce que vous soyez satisfait du résultat. Si l'équilibre semble impossible à la position midi qui a toujours plus de résistance, c'est qu'il faut utiliser un tampon plus mince. Si un tampon plus fin n'est pas la solution, le diamètre en dessous est la solution. Le tampon entier, incluant son écrasement, doit s'installer dans la coupe.
  10. Pour installer le tampon, mettre une goutte d’eau sur la spatule. Insérer la spatule entre le tampon et le trou de tonalité et humecter ainsi la surface du tampon. S'assurer que vous ne touchez pas le trou avec la spatule pour ne pas l’endommager. Utiliser un serre-joint à tampon (sauf si la clef est déjà fermée naturellement) ou un liège coincé sous le pied de la clef. Laisser la fixation 20 minutes ou plus si possible. Le séchage peut être raccourci en utilisant un sèche-cheveux. Répéter l’opération pour les autres clefs de la clarinette.
  11. Boucher un bout de l’instrument avec une main, et boucher les clefs avec l’autre, tester l’étanchéité en soufflant ou en aspirant. Jouer avec l’instrument.

avec des tampons cuir

La procédure est quasiment la même. Par contre, il faut prendre impérativement la taille de tampon qui correspond à la coupelle. Vous sautez les points 3 et 4 de la procédure concernant les tampons baudruche : pas besoin de piquer (c'est même déconseillé) ni de repasser le tampon. La pose en est d'autant simplifiée.

avec des tampons liège

La pose des tampons liège est assez facile. Les tampons lièges les plus courants sont cylindriques. Il faut les commander du même diamètre que le diamètre intérieur de la coupelle. Si ce sont des tampons à épaulement, cas le moins fréquents (je ne sais pas si çà se fait encore), le diamètre est celui de l'extérieur de la coupelle. Il est possible de tourner ses propres tampons en liège dans un bon bouchon dans ce cas il est astucieux de faire une face en forme d'ogive comme le suggère Maitre Ferron dans son ouvrage “Clarinette mon amie”. La taille en ogive fera office de ressort naturel qui facilite grandement le réglage de l'assiette du tampon.

  • Mettre un peu de colle thermo fusible au fond de la coupelle.
  • Mettre en place le tampon du diamètre adéquat.
  • Fermer la clé sans forcer avec la palette.
  • Chauffer légèrement la coupelle (à peine car si vous faites l'opération dans la foulée la coupelle est encore chaude)
  • Maintenir en place jusqu'à la prise de la colle
  • Vérifier le bouchage avec une bandelette de papier
  • Ajuster l'assiette si nécessaire après avoir chauffé à nouveau la coupelle.

Pour ajuster le bouchage il existe une autre technique moins propre mais qui fonctionne :

  • Couper une bandelette de papier de verre au grain très fin.
  • Glisser la bande de papier sous la coupelle coté non abrasif vers la cheminée et coté abrasif vers le tampon (Attention, il ne faut surtout pas se tromper de sens!)
  • Fermer la clé sur la bande papier
  • Tirer délicatement sur la bande de papier de verre pour la retirer. L'abrasion de la surface du tampon plus on moins grande en fonction de la pression qu'il exerce sur la surface du papier redresse la surface et assure un bon bouchage.
  • Ne pas oublier d'éliminer par un nettoyage soigneux tout résidu (poussière de liège ou abrasif).

Si vous avez la chance d'avoir des tampons avec une face en ogive alors le réglage est très rapide et simple :

  • Mettre un peu de colle au fond de la coupelle
  • Écraser l'ogive dans la coupelle car le tampon doit légèrement rentrer en force.
  • Fermer la clé
  • Chauffer très légèrement
  • L'ogive fait ressort, elle se détend et redresse naturelle la face du tampon sur la cheminée
  • La colle sèche et c'est fini le bouchage est en principe parfait (expérience personnelle sur un tampon maison).

Changer les ressorts

Il vaut mieux pour de multiples raisons confier cette tâche à un luthier qui est outillé de pinces spéciales et qui est expérimenté. Cependant si vous êtes un bricoleur soigneux, que vous avez vous même des pinces de lutherie (on trouve maintenant des pinces toutes faites vendues en ligne sur internet) que vous assumez les risques de ces opérations alors vous pouvez vous lancer dans cette aventure qui la première fois vous fera très certainement transpirer.

Il y a plusieurs cas de figures :

Le cas le plus favorable pour changer un ressort aiguille

est quand vous voulez remplacer un ressort trop faible ou un ressort qui s'est cassé bien après la boule.

  • Munissez-vous d'un crayon et d'un calepin pour noter plus tard la position aplatie du ressort par rapport à la boule
  • Mettez une goute d'huile côté opposé au ressort sur la boule
  • Si vous n'avez pas de pince spéciale protégez la boule avec un peu d'adhésif (ou du teflon)
  • (Coupez éventuellement le bout de ressort qui reste à 4 ou 5 mn de la boule, après cette opération il peut être plus aisé de chasser le ressort par pression)
  • Saisissez avec une pince fine le bout de ressort fermement et poussez vers la boule (d'où l'importance de la protection)
  • Notez sur le calepin la position de la partie aplatie du ressort qui apparait maintenant de l'autre coté de la boule
  • Sortir complètement le ressort
  • Prenez un ressort de même diamètre de d'une longueur approprié
  • Chauffez au rouge le bout de l'extrémité la plus épaisse. Ainsi une petite partie du ressort à l'extrémité est détrempée.
  • Aplatissez légèrement le bout du ressort sur un tas au marteau
  • Mettez une goutte d'huile sur la pointe du ressort et placez le sur le pivot de la boule mais ne l'enfilez pas complètement
  • Remettez la partie plate dans la même position que celle que vous avez relevée préalablement sur un croquis
  • Quand la partie aplatie est dans la bonne position bloquer le ressort en le tirant vers vous par le côté opposé à l'aide d'une pince
  • Avec la pince (ou un crochet à ressort) cambrez le ressort pour le tendre dans le sens opposé à son action.
  • Remontez les clés
  • Accrochez le ressort avec un crochet à ressort sur la clé.
  • Vérifiez l'action (la clé ne doit être ni trop raide ni trop souple) et corrigez la tension si nécessaire.

Le cas le moins favorable pour changer un ressort aiguille

est quand il faut changer un ressort cassé au ras de la boule

  • Vous avez la pince spéciale avec le pointeau et le logement qui s'adapte à la boule. Dans ce cas mettez un peu d'huile dans la partie opposée au ressort sur la boule. Prenez la boule avec la pince, fermez les mâchoires pour chasser le ressort avec le pointeau de la pince. Espérez qu'il n'y ait pas plus de complication.
  • Vous n'avez pas de pince spéciale, courez chez votre luthier préféré pour vous tirer de ce mauvais pas.
  • Vous êtes têtu, téméraire et inconscient alors protégez votre boule, percez votre protection en face des trous par lequel passe le ressort sur le pivot de la boule.
  • Prenez un bout de ressort que vous tenez très fermement avec la pince puis appuyez fortement ce bout du coté de la partie cassée du ressort pour le chasser de l'autre coté. Ainsi, le bout de ressort coincé dans la boule devrait sortir.
  • Si tout s'est bien passé, changez le ressort aiguille comme indiqué précédemment

Changer un ressort plat

comme par exemple celui sous la clé de 12ème

  • Dévisser la micro-vis qui tient le ressort sur la clé (ne pas la perdre bien sûr)
  • Prendre un ressort identique
  • Courber avec une pince l'extrémité opposée à la vis pour faire comme un micro-patin cela facilitera le mouvement du ressort dans son logement d'appui sans provoquer de rayure.
  • Visser le ressort sur la clé avec la micro-vis que vous n'avez évidemment pas perdue.
  • Déposer une petite goutte de graisse dans le logement du ressort sur le corps de l'instrument.
  • Remonter la clé
  • Vérifier l'action du ressort et corriger éventuellement sa cambrure.





Retour sur le forum Clarinette.net

faq/l_entretien_et_la_lutherie.1411535784.txt.gz · Dernière modification: 2014/09/24 07:16 par dickie