Portal, Sclavis, les autres … je voudrais comprendre

Pour tout le musical qui ne rentre pas ailleurs et l'activité du forum.

Messagepar Dickie » Ven Mai 10, 2013 18:36 pm

matz a écrit:Une question, ressentez vous la même "incompréhension" en face de la musique contemporaine écrite ?
Dickie a écrit:Je me souviens il y a quelques années avoir écouté dans la voiture la Tribune des critiques de disques sur France-Musique qui était consacrée au Marteau sans Maître de Pierre Boulez. Et bien après 2 heures d'explications par des connaisseurs et d'écoute de 6 versions de la même œuvre, j'avais appris à l'apprécier, alors que je ne partais vraiment pas convaincu !


C'est souvent moins énorme comme fossé, mais quand même ce n'est souvent pas évident. Mais on en entend pas souvent sur les médias, et en concert dans mon coin, je n'en ai jamais vu en 16 ans.
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer - Guillaume d'Orange
À force de rater on finit par réussir - Les Shadoks
Association "En Coulisses"
Clarbasse, RC Prestige, clar alto, clar métal, clar mib
Avatar de l’utilisateur
Dickie
Râleur permanent
 
Messages: 7401
Inscrit le: Dim Mai 14, 2006 11:42 am
Localisation: A l'est du Mont St-Michel

Messagepar EricW » Ven Mai 10, 2013 18:38 pm

Dim a écrit:Je me demande en fait pourquoi l'impro libre ou le free est quasiment toujours synonyme de hurlements faits avec les instruments, d'arythmie totale, d'accords triphasés, etc... Qui au final larguent une partie du public. Moi je veux bien entendre que les gars ne font pas n'importe quoi et qu'ils s'écoutent, mais alors pourquoi ils ne font pas des notes qui vont bien ensembles ? C'est pour ainsi dire toujours agressif, voire bruyant. Encore une fois, si un morceau de temps en temps peut être intéressant, un concert entier, je trouve ça insupportable.

Alors qu'ils pourraient très bien, tout en faisant du libre, aller chercher la mélodie, le rythme, la consonance...
Sans doute que certains le font.

D.


Mais ... Dim ... T'as déjà écouté Ornette Coleman ?

Parce que pour le coup y'a pas plus free, mais il y a une recherche constante des interactions et des "moments de grâce" où tout le monde se rencontre, d'autres ou ça se dénoue. Pour moi l'intérêt du free il est là, dans ce mouvement permanent alternant éloignement et rapprochement.

Nouer et dénouer, jouer et déjouer...
Tendre des embuscades !

Pour moi Portal, puisque c'est le grand sujet du forum en ce moment visiblement, est vraiment là dedans quand on observe sa carrière "jazz*" en faisant trois pas en arrière.

Ce qui peut être pénible, je le concède, c'est la tension permanente. Si toute cette liberté ne débouche que sur de la tension et de l'intranquilité, alors il manque quelque chose de mon point de vue, et effectivement ça peut devenir insupportable. La musique, de mon point de vue encore une fois (ajoutez cette remarque à chaque virgule), c'est "tension & détente". S'il n'y a que la tension on a rapidement envie de gifler son voisin, et s'il n'y a que de la détente on s'emmerde à cent sous de l'heure.

Maintenant il faut à mon avis aussi préciser une chose, histoire de séparer le free du "jazz d'aujourd'hui" (notez les guillemets) : Le jazz évolue. Ses constructions harmoniques sont de plus en plus complexes. Ce mouvement a été initié par des gens comme Coltrane, Giuffre, Coleman, Russell. On approche le dodécaphonisme, mais pas avec les mêmes règles, et du coup avec une esthétique différente.

[EDIT] LE "pas" mis en gras avait été oublié ... urf ... ça change tout !

Peut-être que moi ça me plaît parce que l'harmonie ça me plaît. Mais pas que. Il y a des moemnts où je ne comprends rien à ce qu'ils font d'un point de vue analytique, et pourtant j'y trouve autre chose : de l'énergie, de l'interaction, des confrontations et des confluences. Mais c'est mon point de vue bien entendu.

Après, plus on donne de place à l'improvisation, plus le risque de se casser la margoulette est grand, et même les plus grands (justement), peuvent se prendre un râteau, d'autant plus cuisant qu'il est en public. Sont-ils blâmables pour autant ? JE ne le pense pas. Quand on va voir ces gens là on sait ce qu'on va voir (sinon ça peut être violent effectivement :mrvert: )

Voili voilou, mes deux centimes pour sortir des jugements de valeur, sans même avoir la prétention d'y arriver :wink:

Ahaha, du coup je vois le message de Matz, et je répond : non, pas moi. Enfin ... Ça dépend. Parfois oui, parfois non. Peut-être que parfois je ne saisis pas l'intention, ou alors peut-être que ce jour là j'aurais pas du aller écouter ça...

E.
PS: et merde, je m'étais juré de ne pas foutre les pieds dans cette conversation :mrvert:
« Finalement, j’ai rencontré une brouette, et j’ai pensé qu’elle me prêterait une oreille attentive. » Lewis Carroll
Avatar de l’utilisateur
EricW
Infidèle de la première heure
 
Messages: 7553
Inscrit le: Lun Mai 16, 2005 22:38 pm

Messagepar jp » Ven Mai 10, 2013 22:20 pm

C'est marrant, Dickie, je suis assez d'accord avec toi en terme de sensations. Pas pour Sclavis (quoi que on m'a offert un cd de ses débuts.. parfaitement inaudible pour moi).
En tout cas la première fois que j'ai vu Sclavis sur scène, j'ai aimé, et je me suis senti fier d'être capable d'aimer cette musique passablement bizarre pour plein de monde... je me suis dit que ce serait normal pour un quidam de détester, et que j'avais suffisamment de culture musicale (dans ce style là...) pour apprécier, et j'étais content de moi.

Je m'ennuie souvent à des spectacles, sinon.
Ce qui m'ennuie, c'est pas quand je comprend pas, c'est quand je comprend trop. Quand je trouve ça prévisible et téléphoné.
En général, même si c'est du théâtre contemporain, si les acteurs (au sens large, ça vaudrait aussi en musique) sont de qualité, sachant le boulot que c'est de préparer un spectacle, je me dis que si je ne vois pas l'intérêt du machin, c'est que je n'en suis pas capable, que ma connaissance de cet art n'est pas suffisante pour apprécier. Pour que ma connaissance soit suffisante, il me suffit d'y retourner. Après tout j'ai fait ça pour de la danse contemporaine et maintenant je vais en voir, je peux pas vraiment dire que je comprend (comprendre quoi? la technique? aucun intérêt. De quoi ça parle? sans doute, mais je lis dans le descriptif, la place que ça tient dans l'histoire de la danse contemporaine? Je connais pas assez), mais je peux dire si tel ou tel spectacle de danse me touche, comment ça me transforme, moi public. On parle de culture, là. La culture, c'est pas inné, ça s'apprend, ça se forme. Et on y gagne à apprendre. Intérieurement.

jp
"L’histoire nous enseigne que se fier à la future bonne volonté d’un narcissique immoral et vindicatif n’est pas une très bonne stratégie à long terme".M.T. Anderson pour Slate
Avatar de l’utilisateur
jp
Slap's King
 
Messages: 4498
Inscrit le: Sam Mai 14, 2005 21:09 pm
Localisation: Grenoble

Messagepar oracid » Sam Mai 11, 2013 6:17 am

iblix a écrit:Mais ça ne veut pas dire que tout ce qu'on ne comprend pas de prime abord cache en fait un manque de talent. C'est cette idée-là qui me dérange.

Mais pourquoi dis-tu cela ?
N'a t-on pas le droit d'avoir notre esprit critique sur tel ou tel artiste, et considérer qu'un autre manque de talent, ou qu'un suivant fait de l'escroquerie. Non pas parce qu'on ne comprend pas, mais au contraire, parce que on est persuadé que c'est de l'escroquerie.
Moi par exemple, je n'aime beaucoup J-S Back, à part la douzaine de tube que j'apprécie comme tout le monde. Ce n'est pas parce que je ne comprends pas, accorde moi ça. Non, c'est tout simplement, parce que au bout d'un moment ça me gonfle. J'ai l'impression que quelqu'un tourne la manivelle d'un piano mécanique. Et bien, ce n'est pas parce que je n'aime pas J-S Back que je considère que c'est de l'escroquerie. :shock:
Tu vas un peu vite, là !
Dickie a écrit:j'ai dit : "je n'ai pas de mélodie pour me raccrocher aux branches, je n'y comprends rien, ça ne me parle pas" et justement je ne demande qu'à comprendre mieux pour aimer, ou pas, mais en sachant pourquoi.

Je comprends bien ce que tu veux dire. Plus haut, je parlais de musique que l'on aimait bien pour elle-même, et de musique de situation comme la musique de film.
Je pense que certaine musique se comprenne très bien avec le support, voir le rythme de l'image. Souvent ce genre de musique n'a pas de phrasé mélodique tel qu'on le conçoit habituellement, la ligne conductrice c'est l'action ou la situation transmise par l'image.
Mais pour moi, c'est clair, si on supprime l'image, l'oeuvre ne veut plus rien dire.
Parfois, on peut réentendre cette musique indépendamment de l'image et l'apprécié, mais je pense que notre cerveau fait le lien avec l'image et nous impose le premier ressenti.
Avatar de l’utilisateur
oracid
Canard professionnel
 
Messages: 2329
Inscrit le: Sam Juin 28, 2008 20:40 pm
Localisation: 95

Messagepar EricW » Sam Mai 11, 2013 9:22 am

jp a écrit:En général, même si c'est du théâtre contemporain, si les acteurs (au sens large, ça vaudrait aussi en musique) sont de qualité, sachant le boulot que c'est de préparer un spectacle, je me dis que si je ne vois pas l'intérêt du machin, c'est que je n'en suis pas capable, que ma connaissance de cet art n'est pas suffisante pour apprécier. Pour que ma connaissance soit suffisante, il me suffit d'y retourner. Après tout j'ai fait ça pour de la danse contemporaine et maintenant je vais en voir, je peux pas vraiment dire que je comprend (comprendre quoi? la technique? aucun intérêt. De quoi ça parle? sans doute, mais je lis dans le descriptif, la place que ça tient dans l'histoire de la danse contemporaine? Je connais pas assez), mais je peux dire si tel ou tel spectacle de danse me touche, comment ça me transforme, moi public. On parle de culture, là. La culture, c'est pas inné, ça s'apprend, ça se forme. Et on y gagne à apprendre. Intérieurement.


Je suis ô combien d'accord avec ça !
C'est même "le fond de l'affaire" en quelque sorte.

E.
« Finalement, j’ai rencontré une brouette, et j’ai pensé qu’elle me prêterait une oreille attentive. » Lewis Carroll
Avatar de l’utilisateur
EricW
Infidèle de la première heure
 
Messages: 7553
Inscrit le: Lun Mai 16, 2005 22:38 pm

Messagepar iblix » Sam Mai 11, 2013 10:12 am

oracid a écrit: iblix a écrit:Mais ça ne veut pas dire que tout ce qu'on ne comprend pas de prime abord cache en fait un manque de talent. C'est cette idée-là qui me dérange.


Mais pourquoi dis-tu cela ?
N'a t-on pas le droit d'avoir notre esprit critique sur tel ou tel artiste, et considérer qu'un autre manque de talent, ou qu'un suivant fait de l'escroquerie. Non pas parce qu'on ne comprend pas, mais au contraire, parce que on est persuadé que c'est de l'escroquerie.
Moi par exemple, je n'aime beaucoup J-S Back, à part la douzaine de tube que j'apprécie comme tout le monde. Ce n'est pas parce que je ne comprends pas, accorde moi ça. Non, c'est tout simplement, parce que au bout d'un moment ça me gonfle. J'ai l'impression que quelqu'un tourne la manivelle d'un piano mécanique. Et bien, ce n'est pas parce que je n'aime pas J-S Back que je considère que c'est de l'escroquerie. :shock:
Tu vas un peu vite, là !


Mais Oracid, ce ne sont pas tes goûts que je vise, tu as bien le droit de ne pas aimer ce que tu veux ! Je n'ai jamais sous-entendu que si tu n'aimais pas une musique c'était parce que tu ne la comprenais pas !

A la base j'ai réagi à ça :
Oracid a écrit:Après, s'il faut des heures pour expliquer, à un publique trié sur le volet(France Musique), pour expliquer et convaincre une infime partie de l'auditoire, ce que l'auteur a voulu exprimer, c'est peut-être qu'il manque de talent.
Je ne suis pas d'accord, je pense que toute musique et toute forme d'art nécessite un forme d'éducation, d'habitude, de démarche pour pouvoir l'apprécier.
Après ça ne veut pas dire qu'on est obligé au bout du compte de TOUT aimer !

(Et je suis un peu dubitative par rapport au concept d'escroquerie musique. Si on fait de la musique, si elle plait ne fût-ce qu'à quelques personne, comment juger que c'est de l'escroquerie, alors qu'on est dans une subjectivité totale?)
Brian: "You have to be different!"
The Crowd: "Yes, we are all different!"
Small lonely voice: "I'm not!"
Avatar de l’utilisateur
iblix
Canard professionnel
 
Messages: 2017
Inscrit le: Mer Fév 11, 2009 12:40 pm
Localisation: Bruxelles

Messagepar Dim » Sam Mai 11, 2013 10:19 am

EricW a écrit:
jp a écrit:En général, même si c'est du théâtre contemporain, si les acteurs (au sens large, ça vaudrait aussi en musique) sont de qualité, sachant le boulot que c'est de préparer un spectacle, je me dis que si je ne vois pas l'intérêt du machin, c'est que je n'en suis pas capable, que ma connaissance de cet art n'est pas suffisante pour apprécier. Pour que ma connaissance soit suffisante, il me suffit d'y retourner. Après tout j'ai fait ça pour de la danse contemporaine et maintenant je vais en voir, je peux pas vraiment dire que je comprend (comprendre quoi? la technique? aucun intérêt. De quoi ça parle? sans doute, mais je lis dans le descriptif, la place que ça tient dans l'histoire de la danse contemporaine? Je connais pas assez), mais je peux dire si tel ou tel spectacle de danse me touche, comment ça me transforme, moi public. On parle de culture, là. La culture, c'est pas inné, ça s'apprend, ça se forme. Et on y gagne à apprendre. Intérieurement.


Je suis ô combien d'accord avec ça !
C'est même "le fond de l'affaire" en quelque sorte.

E.


Moi, pas du tout :D
Parce qu'on commence à toucher à l'élitisme et que ça me fout la nausée. J'aime les choses quand elles restent populaires, simples, accessibles, moi y'en a con et je le revendique !

Les parterres de culs serrés qui pratiquent la branlette intellectuelle (Eric je sais que tu adores cette expression :wink: ) en faisant huhuhu hohoho, ben je ne peux pas m'empêcher de les trouver ridicules, ça me débecte.

Alors je regarde, j'écoute, je m'intéresse, mais je ne me force pas, je me dis que les goûts évoluent, j'aime des trucs maintenant que je n'aimais pas avant, alors si ça doit venir tant mieux, mais me forcer non. Je sais qu'il y a des milliers de choses que je n'aurais pas le temps de voir, d'entendre, de découvrir alors je ne vais pas perdre mon temps.

En plus vous prenez comme exemple la danse, la danse contemporaine, le théâtre contemporain. Alors là voila, je ne peux pas, je n'y arrive pas, je trouve ça hautain, élitiste et prétentieux...Voila : Prétentieux, j'aime pas ce qui est prétentieux (et je ne peux pas pifrer la danse, de toute époque d'ailleurs, c'est une question de goût, ça ne me touche ni de près ni de loin).

Je ne mets pas les pieds dans les endroits ou on dit "Mmmmhmoui, c'est formidâââble...." Parce que c'est pas pour moi, c'est pas mon monde, c'est pas ma classe sociale, on a pas envie de m'y voir et je n'ai pas envie d'y être.

En toute simplicité :wink:

Pour en revenir à la musique, Eric tu parles d'Ornette Coleman, j'ai écouté, l'album "free jazz" par exemple, bon une ou deux fois, ça suffit, mais là il y a quelque chose qui me correspond, que je comprend, parce que le free jazz à cette époque c'était aussi une sorte de mouvement contestataire des musiciens noirs américains qui avaient de bonnes raisons de s'approprier le jazz. Il y avait quelque chose d'authentique là dedans.

Là, je trouve malheureusement que certains cherchent surtout à dire : Je ne fais pas partie du peuple, je suis au dessus de ça.

Dim
- Comment dois-je l'entendre ?
- Par les oreilles, ces choses, des deux côtés de votre tête. J'ai les mêmes et vous me les échauffez.
Alambic Dieudonné Corydon Talon
Avatar de l’utilisateur
Dim
La Castafiore !
 
Messages: 9115
Inscrit le: Ven Déc 30, 2005 18:17 pm
Localisation: Var (83)

Messagepar EricW » Sam Mai 11, 2013 10:24 am

Dim a écrit:
Moi, pas du tout :D
Parce qu'on commence à toucher à l'élitisme et que ça me fout la nausée. J'aime les choses quand elles restent populaires, simples, accessibles, moi y'en a con et je le revendique !


Je pense que tu te goures complètement : tu ramène le débat à une histoire d'élitisme alors que ce n'est pas le sujet. Laisse les élitistes de côté, on s'en branle.

Tu ne peux tout de même pas nier que, si tu apprécies certaines formes de musique, par exemple des musiciens de jazz actuel que tu apprécies, je le sais, c'est bien parce que tu t'es éduqué toi même. C'est bien un cheminement et un apprentissage qui t'a amené à comprendre et apprécier ces musiques. C'est pas tombé tout cru, nom di diou de bordil de mirde ! :D

E.
« Finalement, j’ai rencontré une brouette, et j’ai pensé qu’elle me prêterait une oreille attentive. » Lewis Carroll
Avatar de l’utilisateur
EricW
Infidèle de la première heure
 
Messages: 7553
Inscrit le: Lun Mai 16, 2005 22:38 pm

Messagepar Armand » Sam Mai 11, 2013 16:19 pm

Je réagis à ce que Dim a écrit.

Dans ce que tu écris, j'en déduis que tu soupçonnes certaines personnes d'aimer des choses par fatuité. Dans ce cas, je dirais plus que ces personnes sont elles même en représentation, pétries par leur orgueil et leur besoin pathologique d'exister dans un milieu convoité ou effectivement pour se montrer au dessus de la mêlée. Elles ont besoin de plaire, d'être flattées quoi.

Maintenant, les vrais passionnés de jazz, de free jazz, de classique, d'art contemporain, de rap ... de toute ce que tu veux, ils sont habités par leur passion et ils t'embarquent dans une histoire quand ils t'en parlent. Y a plus d'apparence, de classe social, de tout cela.

Pour les autres, je préfère garder sur eux un regard amusé. Il m'arrive parfois d'avoir un regard amusé sur moi-même...
La guerre, c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage, l'ignorance c'est la force.
George Orwell (1984)
Armand
Coquillette's man
 
Messages: 2484
Inscrit le: Jeu Oct 04, 2007 17:34 pm
Localisation: Itinérant

Messagepar Dickie » Sam Mai 11, 2013 21:07 pm

Il y a aussi une question de différence individuelle tout bêtement.
Cette année Mme Dickie est venue avec moi à Coutances. Elle n'écoute jamais de jazz, ses goûts la portent sur le baroque, la fin du XVIIIème, le début du XXème, elle n'aime pas les romantiques, mais ne change pas de chaîne si France Musique diffuse du contemporain.
Eh bien même si elle n'a rien compris à Atlas Trio, elle a bien aimé, alors qu'elle s'est embêtée cet après-midi au concert de Surman (dont je parlerai dans un autre fil) et qu'elle n'a pas apprécié plus que ça l'orchestre de Machado associé à André Minvielle dans un spectacle autour de Boby Lapointe, qui était pourtant très bien et très accessible au "grand public".
Comme quoi …
Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer - Guillaume d'Orange
À force de rater on finit par réussir - Les Shadoks
Association "En Coulisses"
Clarbasse, RC Prestige, clar alto, clar métal, clar mib
Avatar de l’utilisateur
Dickie
Râleur permanent
 
Messages: 7401
Inscrit le: Dim Mai 14, 2006 11:42 am
Localisation: A l'est du Mont St-Michel

Messagepar Double_S » Dim Mai 12, 2013 8:26 am

Wouah, le fil de discussion...

La notion de public est un aspect du problème...
Je pense qu'on peut affirmer que la grande majorité du public ne comprends pas ce qui se déroule sous ses yeux...
Ou ses oreilles.

On a sans doute tous assistés à ses moments en concerts "bizarres", où
le morceaux étant fini, les applaudissements se font attendre, où il faut attendre un signe d'un artiste pour que les applaudissements démarrent.
Où alors, tel chorus qui se fait applaudir alors que ce n'en était pas un,
où alors tel autre qui n'est pas applaudi parce que les gens n'ont pas perçu la fin.
Ou alors ceux qui pensent que le grand truc que joue Portal, c'est un saxophone peint en noir (j'en ai rencontré :) )

LA plupart du public n'est pas constituée de musiciens chevronnés qui, comme JP, trouveront que c'est trop attendu.
La plupart va être fasciné par la virtuosité, par le côté contemporain ou free, sans forcément être à l'aise avec.
Peut être même, c'est le fait d'être largué qui va faire que c'est recherché...
Se dire je suis pas capable de faire ça, je comprends pas ce qui se passe, donc c'est forcément super bien.

Je pense pour ma part, qu'à partir du moment où des artistes ont percé, qu'ils sont installés, ils peuvent jouer à peu près n'importe quoi,
beaucoup de gens se déplacent pour voir la BETE, le MONUMENT, avec la publicité qu'il faut.
comme certains vont voir le dernier Almodovar ou le dernier woody Allen, juste parce que c'est le dernier.
un peu par principe, parce que l'occasion se présente.
Et beaucoup de personnes trouveront des commentaires acceptables à dire , plutôt que d'être trop critique ou de dire que le concert les a fait chier.
Il y a une histoire pour enfants , les habits neufs de l'empereur, je crois sur cette idée.
Personne n'ose dire que l'empereur est nu, et tous affirment qu'il est superbement habillé.

Evidemment, ces gens sont des monuments, ça, je ne le mets même pas en question. Et je ne veux absolument rien enlever à leurs talents à tous.
Beaucoup de ces artistes vivent aussi de leur notoriété. C'est peut être un peu surfait parfois.

C'est aussi un sujet exploré en art contemporain, avec le truc de la merde mise dans des boites de conserves signées et numérotées (j'y vais un peu fort, là, mais c'est un peu le principe).
Ou alors cette histoire que l'on ma racontée ;
César (celui des compressions) était dans un bureau et une feuille de fax ou de photocopie s'est mise en accordéon lors d'un bourrage, César, l'aurait prise et signée.

Pourquoi Denis Colin est-il beaucoup moins connu que Slavis et Portal ? Pourquoi Jean-Pierre Sarzier l'est-il encore moins ?
Il y a probablement beaucoup de raisons à celà, et bien peu sont d'ordre artistique je pense.
Double_S
Dieu grec
 
Messages: 311
Inscrit le: Dim Oct 09, 2011 11:01 am

Messagepar fabbjh » Dim Mai 12, 2013 10:21 am

Justement, je cherchais sur ce forum, des éléments pour, moi aussi, m'aider à comprendre la "substantifique moelle" de ces improvisations "d'avant garde".

Car, hier soir, je suis allé écouter un duo "sax/clarinette - contrebasse" à l'Improviste (une péniche le long des quais de Loire à Paris). Petit club de Jazz sympa au demeurant...musique très orientée sur des accents "free jazz" et je suis ressorti en me disant..."vouais, c'est quand même très compliqué à écouter tout ça".

C'est dommage, car pour une fois que je peux me trouver un concert de Jazz avec un clarinettiste sur Paris, à un prix presque abordable...je ressorti déçu, à nouveau. J'ai fait la même expérience il y a 15 jours à l'occasion d'un concert donné à Eaubonne. Bref, moi aussi, je fais parti de ces gens à qui le "free", "la musique moderne", "l'avant garde" ne parlent pas.

Cette musique rencontre un public. Même si d'ailleurs, mon analyse au moment du concert m'a fait remarqué 2 choses : dès fois le public ne sait pas (comme moi) si le morceau est terminé. Les musiciens se sont regardés alors...souriant...mais avec une pointe d'amertume tout de même de constater que leur discours n'était pas tout à fait passer. 2ème chose : il y a 1 passage (1 seul) passage de musique tonal...il a du duré 2 minutes. Passage très rythmé, sur 4 temps, avec des slaps au sax soprano, et une très très bonne ligne de basse. Du groove en somme !!! Et là, ce morceau a fait un succès avec des tonnes et des tonnes d'applaudissement (dont les miens d'ailleurs)...preuve tout de même que le public, même s'il apprécie la musique d'avant garde, reste quand même attaché à une musique plus accessible.

En rentrant chez moi, je me suis fait la même réflexion que Dickie...il FAUT que je comprenne. Mon cerveau, un tantinet cartésien, je l'avoue ;-), s'est alors souvenu que j'avais la méthode de David Liebman. Passé 1H du matin et ouvrir une méthode de musique...j'admets qu'il faut être passionné tout de même ;-) Cela étant, est-ce aussi la preuve qu'il faut plutôt "lire des livres au sujet de cette musique" pour la comprendre....plutôt que d'écouter ??? Et pourtant, malgré moi, j'en écoute : j'ai du Eric Dolphy, du Coltrane en CD, et je sors de 2 concerts de free.

Dans sa méthode, Liebman, le dit très clairement dans l'introduction : "Le 1er chromatisme dans le jazz était la blue note (la tierce mineur dans un accord de dominante) [...] Puis, jusqu'au bebop, le chromatisme était vu comme une note de passage entre les accords[...] Dans le jazz modal et le "free" jazz, le besoin de résolution des chromatismes devient de moins en moins important". Il y a donc bien une évolution de la musique, voulue plus par les musiciens, que par le large public a priori.

Il faut remarquer aussi qu'entre temps, nous avons "analysé" la blue note : une tierce mineure dans un accord de dominante, ou bien la 5ème bémol. Il faut être déjà un musicien, avec quelques notions de théorie sur l'harmonie pour comprendre ce vocabulaire. Il y aussi une part de culture et d'histoire musicale là-dedans, qui fait que bon nombres de nous tentent de reproduire ces schémas, soit d'oreille (comme cela devait sûrement se pratiquer à l'époque), soit de manière plus théorique en l'écrivant sur du papier à musique.

Il dit également : " Utiliser le chromatisme signifie construire des mélodies et des harmonies qui peuvent coexister ou remplacer une tonalité centrale". C'est là que le bas blesse. Jusqu'à quel niveau, notre oreille peut-elle remplacer une tonalité centrale ? Il faut dire que nous ne sommes pas tous égaux, et tout le monde n'a pas la même oreille.

Enfin, il dit aussi : "Le chromatisme ne va pas à l'encontre du diatonisme [...] Ce n'est qu'une question d'avoir plus de choix dans sa palette sonore [...] Si l'étudiant a une attitude négative ou timide (sic) vis à vis de cette musique, ce livre ne sera d'aucune utilité"

Finalement, je me suis arrêté là (il était 2H30 du matin ;-)

A mon avis, il faut écouter la musique qu'on aime, jouer celle-ci sans se poser plus de question (c'est décidé, prochain concert que je vais voir, je vais à un concert de manouche !!! ;-). L'idée reste avant tout de prendre du plaisir, beaucoup plus que de se prendre la tête...J'espère juste que tout ne deviendra pas du "free jazz", ce jour là, je devrais revendre ma clarinette, et ça m'attriste déjà à l'avance :-(

Fabrice
fabbjh
Touriste
 
Messages: 35
Inscrit le: Lun Avr 18, 2011 14:10 pm

Messagepar JMB52000 » Dim Mai 12, 2013 11:08 am

Double_S a écrit:Wouah, le fil de discussion...

Pourquoi Denis Colin est-il beaucoup moins connu que Slavis et Portal ? Pourquoi Jean-Pierre Sarzier l'est-il encore moins ?
.

Jean-Pierre Sarzier (jp) est connu et apprécié sur ce forum. Par moi , par beaucoup d'autres ...
Nous avons écouté et entendu ses productions , les contrastes, les nuances, et la richesse de son jeu instrumental. Il nous a fait part de ses recherches, de ses interrogations, de ses attentions à d'autres styles que le jazz ...
Son geste musical reflète ce que l'on peut espérer d'un musicien. Il est un musicien auquel on peut se référer. La frontière qui m'importe est tracée : celle qui donne ainsi les contours de l'artiste, du musicien. La frontière qui délimite l'audience dans un espace géographique m'importe moins. Et encore moins celle qui augure d'une éventuelle durée , la frontière du temps... (d'ailleurs l'audience de JS Bach traversera-t-elle encore les siècles ?...)
On pourrait d'ailleurs dire le même chose pour d'autres contributeurs à ce forum.

Il y a des critères qui faisaient que je faisais confiance à tel ou tel musicien pour se produire en concert devant les élèves des écoles et concourir à leur éducation musicale. Ce sont les mêmes qui me guident pour porter mon attention vers telle ou telle production musicale.
- Existe-t-il dans l'interprétation musicale des contrastes suffisants pour éveiller des émotions variées ? ... Cette musique peut-elle alors donner à penser ?...
- Le musicien cherche -t-il à enrichir la palette des contrastes sonores ?...
- Le musicien est-il ouvert aux autres formes d'expression musicale ?... Est-il en recherche ?...
- Le musicien cherche-t-il à produire un geste musical poétique ? ... (Ne se prend-il pas trop au sérieux ?...)
-Le musicien est-il capable de parler de sa musique ? ... Essaie -t-il alors de montrer l'intérêt de sa pratique ?...

Des musiciens m'ont surpris et ont su éveiller de l'attention pour des matériaux sonores très éloignés de ceux investis dans la musique classique.
Car ces contrastes sonores étaient réellement porteurs d'un nuancier d'émotions , de réactions et de pensées ...
La musique contemporaine me semble souvent emprunter ce genre de chemin.
Il serait dommage de ne pas écouter attentivement les musiciens (Portal Sclavis et les autres ...). Si nous sommes musiciens les contrastes sonores intéressants et sensibles ne devraient pas nous échapper .... Le pire serait de rester cantonné un peu fanatiquement à sa chapelle musicale....
Y a-t-il vraiment quelque chose d'autre à comprendre ....?..

Je ne cherche pas ici autre chose qu'à continuer à réfléchir .... Ce fil de discussion me paraît particulièrement chercher à aller au fond des choses ...
JMB52000
Rouge-gorge
 
Messages: 680
Inscrit le: Ven Fév 18, 2011 18:51 pm

Messagepar edp » Dim Mai 12, 2013 13:16 pm

Je crois que Double_S a très bien résumé la situation !

Je suis allé cette année à un concert et il y avait salle comble car jouait une éminente, médiatique et jeune pianiste (que moi je ne connaissais pas). Visiblement c'est elle qui a fait remplir la salle, bien plus encore que les solistes du Philharmonique de Berlin. Au passage, elle, je comprends qu'elle fasse remplir la salle.

Et en plus j'aime beaucoup ton exemple. C'est vrai que pour moi entre Sclavis, Colin et notre jp, le succès est inversement proportionnel au plaisir que j'en ressens.
Cor de basset, clar sib, clar basse
edp
Canard professionnel
 
Messages: 2371
Inscrit le: Lun Avr 09, 2007 22:38 pm
Localisation: IDF

Messagepar Double_S » Dim Mai 12, 2013 14:48 pm

JMB52000 a écrit:Jean-Pierre Sarzier (jp) est connu et apprécié sur ce forum. Par moi , par beaucoup d'autres ...


Je sais, c'est exprès que je n'ai pas utilisé son pseudo sur le forum.
Pour ma part, je ne connaissais pas clarinette.net, je ne connaissais pas jean-pierre Sarzier, avant de participer à un stage qu'il animait il y a deux ans je crois.
Double_S
Dieu grec
 
Messages: 311
Inscrit le: Dim Oct 09, 2011 11:01 am

PrécédentSuivant

Retourner vers Blabla musical et vie du forum

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités