Le travail personnel à la maison

On parle ici de tout ce qui touche de près ou de loin à la clarinette exclusivement.
fabbjh
Touriste
Messages : 32
Inscription : 18 avr. 2011, 14:10

Le travail personnel à la maison

Message par fabbjh »

Bonjour à tous,

Je souhaiterais ouvrir une petite discussion autour de ce sujet : "Comment travaillez-vous votre instrument ?". Si le sujet a déjà été ouvert, je m'en excuse, et les modérateurs sauront déplacer (ou supprimer le cas échéant), mon message.

Mon idée serait de faire un partage, une mise en commun sur la façon dont vous travaillez votre instrument. J'entends par là, tout travail (plus ou moins) régulier et personnel, excluant toute répétition d'orchestre, cours avec prof particulier ou en école...

Je vous propose de remplir une fiche de ce style (liste non hexaustive, que l'on peut compléter ou modifier si nécessaire) :

Quel régularité (jamais, ou 1 à 2 fois par semaine, ou tous les jours) ?
Combien de temps (1/2h, 1H, 2H, 8H) ?
Contenu de votre travail, temps consacré ?
Pourquoi travaillez ce (ou ces) points précis ? (conseils d'un prof, ou autre ?)

Voilà, voilà :-)

Je commence :

Régularité : 1 à 2 fois par semaine, quand mon emploi du temps le permet
Temps : 2H (mais j'aimerais en faire plus)
Contenu :
1/2H : gammes sous plusieurs formes (phrasés différents, tierces, gammes chromatiques). Mais quoiqu'il arrive, au bout d'1/2H, je m'arrête pour passer à autre chose.
1/2H : un solo retranscrit ou un prélude au métronome (en ce moment, ceux que l'on trouve sur internet depuis le Los Angeles Institute)
1H : les traits des partitions de mes différents orchestres (j'en ai 3 :-p), ou travail d'impro sur bandes sons Aebersold
Pourquoi ?
Les gammes : je ne prends plus de cours, mais mon prof m'avait convaincu à l'époque de l'absolue nécessité de les travailler (et j'en remercie de toutes mes forces ;-)
Solo, ou étude : mon objectif est de retenir des plans, d'améliorer mon appréciation de l'harmonie, et d'enrichir mon catalogue de style
Traits : bosser les traits pour mon travail en orchestre (musique cubaine...et ça tricote bien sur certains morceaux :mrvert: )
Impro : j'en profite pour placer des plans, bosser des gammes (genre altérées, diminuées, etc etc), et me faire un peu plaisir aussi :oops: . J'en ai besoin aussi pour mon groupe de manouche


Bises,
Fabrice
Sim
Curieux
Messages : 56
Inscription : 22 févr. 2011, 15:54

Message par Sim »

Alors, je trouve ça intéressant comme sujet donc je participe.

J'essaye de me focaliser sur la musique classique indienne, donc mon travail est assez spécifique.

Je bosse quasi tous les jours, de 1 à 3h en fonction du temps que j'ai.

Je commence par travailler mes gammes (différents modes correspondant souvent à des modes connus en musique occidentale), en étant accompagné par le tabla (electronique) qui suit une carure en 16 temps (4x4) Je fais différents motifs conjoints souvent.

Sinon, y'a ce truc qui est vraiment bien pour le rythme et que je fais aussi à chaque séance. Il s'agit, avec le tabla très lent 40 à 50 a la noire, de faire la gamme en passant par toutes les subdivisions de la noire à la quadruple croche (ça fait 1, croche, triolet, double croche, et ensuite 5, sextolet, 7 et triple croche) A la fin si c'est bien juste ça retombe sur le premier temps du cycle. Ca m'a bien fait progresser dans mon ressenti du rythme de bosser ca et ça fait les doigts. Chaque division a un patern particulier, genre 5 c'est 1,2/1,2,3 et pas 1,2,3,4,5

Apres je bosse mes composition que mon maître m'a donné et certain paltas (des paterns) et je les joue avec rythme et je teste differentes phrases et rythmes pour improviser sur le cycle et retomber sur le début de la compo.

Je repique aussi des phrases que j'aime à partir d'enregistrements. Et après je me repose, c'est creuvant la basse quand même ! :?
Himred
Tentacule géant
Messages : 578
Inscription : 24 janv. 2010, 00:48
Localisation : Strasbourg, Alsace
Contact :

Message par Himred »

Allez, je reponds aussi.

Fréquence: Tous les jours
Durée: 1h a 1h30 selon mon emploi du temps.

- 15 minutes de gammes : de 4b a 4# majeures/mineures et en secondes/tierces.
- 15 minutes de travail technique : études, Klosé, sons filés, staccato selon l'humeur, mais je ne travaille qu'un point par jour.
- 30 a 60 minutes de musique, avec ou sans partitions selon le type de musique joué.

Himred
«La clarinette rend sourds ceux qui l'écoutent et aveugles ceux qui en jouent.» Alphonse Karr
Pour les curieux, voici mon Soundcloud
Avatar de l’utilisateur
Dim
La Castafiore !
Messages : 10159
Inscription : 30 déc. 2005, 18:17
Localisation : Var (83)

Message par Dim »

c'est assez variable pour moi, en ce moment je n'arrive pas à sortir mon instrument tous les jours, quand je le prends ça peut-être pour 1h comme pour 3 ou 4, et le travail ça dépend, de mon envie déjà, souvent je pars sur une grille et je vois bien ou ça me mène, analyse de la grille, passage en revue des différents modes utiles pour le morceau...
Puis dès fois j'ai envie de bosser la technique parce que je trouve que certains enchaînements deviennent pâteux alors je sors les bonnes vieilles méthodes, c'est les seules fois ou j'aborde du classique.
Pareil, suivant mon envie ça sera à la clar ou au soprano et bientôt à la clar basse.

S'il y un concert qui se rapproche en général je bouffe et rebouffe le répertoire, ou bien dès fois il s'agit juste de relever un morceau mais ça, ça peut prendre 2 heures facilement.

D.
L'ingénieur Barnier est formel, le projecteur de particules à double polarisation chromatique entrera en résonnance avec le palpeur de mirette si vous avez le malheur de le laisser branché. Il en résultera la destruction de votre beau câbleur tout neuf.
talitha
La nouvelle star
Messages : 157
Inscription : 01 févr. 2011, 15:19
Localisation : Suisse

Message par talitha »

Pour moi en général je travaille tous les jours entre 1h30 et 3h suivant le temps, l'humeur etc...

Je me chauffe avec quelques gammes, sons filés et quelques traits techniques de chez Klosé.
Ensuite je bosse mes partitions d'orchestre: dans un premier temps je travaille les traits difficiles puis j'essaye de les passer en entier pour soigner le son, l'interprétation etc...
A la fin si j'ai encore le temps et l'énergie je me fais plaisir en rejouant mon concerto préféré de Stamitz.
Talitha,clarinettiste depuis l'âge de 9 ans
Avatar de l’utilisateur
pronier
Tentacule géant
Messages : 449
Inscription : 03 mai 2013, 12:42
Localisation : Etel 56410

Message par pronier »

Bonjour
Apres un arrêt de nombreuses années je n'ai repris la clarinette que depuis un peu plus d'un an et demi, je suis donc à mon avis redevenu débutant.
Je n'ai malheureusement pas de professeur de clarinette assez proche donc je travaille seul à la maison, mis à part la classe d'orchestre où nous nous retrouvons tous les quinze jours et peut être toutes les semaines l'année prochaine.
Je joue tous les jours sans exception une heure minimum, souvent plus. Au début je ne travaillais en une seule séance mais maintenant j'en fait deux, le matin et en fin d'après midi, il me semble en tirer un plus grand bénéfice.
Je travaille avec le Klosé pour la mécanique et des cahiers pour le clarinettiste, Lancelot, Dangain, etc. plus des partitions et grilles pour le jazz téléchargées du net.
Evidemment aussi les partitions de ma classe d'orchestre.
Je ne sais pas trop comment alterner exercices techniques et jeu avec les partitions. A priori il semblerait indiquer de commencer par la mécanique puis se consacrer aux mélodies mais ce n'est pas évident, après les exercices de mécanique je suis quelquefois un peu fatigué pour l'interprétation. Je serais heureux d'avoir des avis sur ce sujet.
Quand au jazz c'est souvent la détente en fin de travail, bien que ce ne sois pas facile.
Avatar de l’utilisateur
jp
Slap's King
Messages : 5019
Inscription : 14 mai 2005, 21:09
Localisation : Grenoble
Contact :

Message par jp »

Intéressant, cette question.
Je suis professionnel, et pour moi, quand je répète ou que je joue en concert, je ne bosse pas à la maison. En moyenne c'est trois ou quatre jours par semaine quand tout va bien. Les autres jours, je ne bosse quasi jamais l'instrument avant 10h ou après 18h, en général je commence par à peu près une heure de klosé (les 633) tout au métronome, de façon attentive mais détendue... Quand ça n'avance plus, à une époque je faisais des gammes ou des arpèges (plutôt des arpèges) alterné avec du slap à la boîte à rythmes (c'était mon chantier...), en ce moment le chantier c'est plutôt le jazz et les grilles... une demi-heure. Si j'ai un concert difficile en chantier (ou des raccords à faire avant les répètes), je bosse ça à la place.
Quand j'en ai marre de bosser, je fais une paire d'aebersold en jouant vraiment, puis en général je pose la clar basse et je fais un peu musique trad (de l'irlandais en général) à la clar en ut... j'ai un programme sur Logic qui fait métronome avec une rythmique de bodhran.
jp
"L’histoire nous enseigne que se fier à la future bonne volonté d’un narcissique immoral et vindicatif n’est pas une très bonne stratégie à long terme".M.T. Anderson pour Slate
Avatar de l’utilisateur
edp
Canard professionnel
Messages : 2726
Inscription : 09 avr. 2007, 22:38
Localisation : IDF

Message par edp »

Ouah c'est une section de bosseurs ici ...

Actuellement pas trop le temps de bosser, et mon prof me demande de lire toutes les notes avec la battue. Souvent ça m'occupe 90% de la séance de travail car j'ai du mal à lire ...

Le temps qu'il reste, je travaille un morceau, actuellement le 1er mvt d'un concerto de cor de basset récent (1988) mais tonal.
Cor de basset, clar sib, clar basse
saturnin
La nouvelle star
Messages : 111
Inscription : 23 mars 2012, 22:28

Message par saturnin »

interessant d'echanger sur le travail à la maison, car c'est pas forcement evident.
J'ai un prof que je vois tous les 15 jours dans le meilleur des cas.
Je fais aussi partie d'une harmonie.
Et puis il y a des choses personnelles que j'ai envie de jouer
=> pas facile d'organiser le travail.
Je joue tous les jours sauf cas particulier.
30 mn au minimum et jusqu'à 1h30 donc en moyenne une heure.
Je privilegie les etudes et morceaux donnés par mon prof.
Du coup j'ai peu de temps pour bosser les morceaux d'harmonie
et encore moins pour mes morceaux choisis.

Dans le détail je dechiffre, je m'attarde ensuite plus sur les passages comportant des difficultés techniques.
Je n'ai malheureusement quasiment pas le temps de faire des gammes.
Pour les morceaux d'harmonie je travaille surtout les passage qui posent problemes (à savoir quasiment tout :mrvert: )
pour les morceaux choisis c'est quand j'ai le temps, donc pas souvent et pas tres longtemps du coup je galere un peu.

Si vous avez des suggestions d'organisation...
pour situer j'ai repris il y a 2 ans après de très nombreuses années - j'avais 3 ans de pratique à l'adolescence.
Merci
fabbjh
Touriste
Messages : 32
Inscription : 18 avr. 2011, 14:10

Message par fabbjh »

Sim a écrit :
Sinon, y'a ce truc qui est vraiment bien pour le rythme et que je fais aussi à chaque séance. Il s'agit, avec le tabla très lent 40 à 50 a la noire, de faire la gamme en passant par toutes les subdivisions de la noire à la quadruple croche (ça fait 1, croche, triolet, double croche, et ensuite 5, sextolet, 7 et triple croche) A la fin si c'est bien juste ça retombe sur le premier temps du cycle. Ca m'a bien fait progresser dans mon ressenti du rythme de bosser ca et ça fait les doigts. Chaque division a un patern particulier, genre 5 c'est 1,2/1,2,3 et pas 1,2,3,4,5
C'est très bon ça !!! C'est redoutable, mais très bon pour bosser les passages à la clef d'octave, précision rythmique, la justesse, et gagner en fluidité !!! Je l'ai ajouté à mon "plan de travail".

J'ai par ailleurs aussi, fait l'achat de la méthode de R. Fontaine "Phrasé et colonne d'air". Très bon pour progresser sur la qualité du son, et en lecture "hors solfège rythmique" (vous savez...tous les petits trucs, marqués "pp mf, les points, les accents, qu'on lit mais qu'on ne fait pas par fainéantise"...très bon pour choper des réflexes de lecture sur les style et le son)

Du coup, je suis passer à 3H de travail :-p

Merci à tous pour vos réponses et le partage de vos différentes expériences !!!

A+++
Fabrice
Avatar de l’utilisateur
edp
Canard professionnel
Messages : 2726
Inscription : 09 avr. 2007, 22:38
Localisation : IDF

Message par edp »

Excellente la méthode "Phrasé et colonne d'air".
Cor de basset, clar sib, clar basse
Avatar de l’utilisateur
Oliv
Touriste
Messages : 36
Inscription : 09 oct. 2020, 10:57
Localisation : Ariège (09)

Re: Le travail personnel à la maison

Message par Oliv »

Je réveille ce topic en le centrant sur la séance de travail à la maison du débutant, qui est peut-être différente de celle des clarinettistes confirmés, lesquels ont eu le temps de bien établir leurs repères, et sans doute leur plaisir à travailler longtemps et souvent.

Cadre de mes réflexions :
- j'ai commencé il y a 8 mois, avec un prof (sauf pendant les confinements) que je vois tous les 15 jours pendant 1h ou 1h30 (1/2h au début, j'ai eu 11 cours à ce jour)
- je travaille tous les jours, en 3 séances d'1h à 1h30 (au début c'était 10 min, puis 20, 30...)
- j'ai une clarinette sib BC E13, un bec M 30, une ligature optimum, des anches V de force 2
- je travaille sur 5 supports papier : L'apprenti clarinettiste de Sylvie Hue, Cartes postales de Jean-François Verdier (avec CD), la Méthode Complète de Hyacinthe Klosé, Jazz Attitude de Jean-Marc Allerme (avec CD) et Initiation à Mozart de Guy Dangain (les 2 premiers sont de mon choix, les 3 suivants proposés par ma prof)
- ayant joué d'autres instruments auparavant, j'avais déjà des bases de solfège ; en revanche une maladie handicapante m'oblige à jouer assis et me donne des mains faibles (ce qui me gêne sur un seul point à la clarinette pour le moment : les bascules sur la clé 10)

Repères glanés auprès de ma prof, sur ce forum, dans un bouquin (points souvent lus et entendus, mais il m'a fallu en comprendre la pertinence pour l'intégrer à ma pratique) ou provenant de ma réflexion :

- chercher le plaisir avant tout : pas seulement pour éviter le stress inutile ou la lassitude et fatigue qui découragent, mais surtout pour goûter au maximum toutes les joies qui se présentent dans une séance ordinaire de travail (je suppose que même confirmé un musicien passe le plus clair de son temps seul avec son instrument, c'est donc bien dans cette solitude musicale que le plaisir est à trouver)
- pour favoriser ce plaisir, privilégier la sonorité à la vitesse (toujours plus facile à augmenter ensuite), la qualité de la sonorité étant un motif de jouissance immédiate
- porter son attention sur la détente (des lèvres, de la gorge, des doigts) : les efforts physiques réellement demandés sont faibles, mais la multiplicité des points sur lesquels il faut se concentrer crée un affolement qui nous fait exercer des tas d'efforts parasites
- prévoir de nombreux moments où la vue (sens dominant) est neutralisée (yeux fermés, dans la vague, ou dans la pénombre) au profit des autres sens, afin de me concentrer sur la sonorité, les sensations tactiles des coussinets des doigts, kinesthésiques des articulations qui fonctionnent à l'économie (en particulier l'indépendance annulaire/auriculaire), les perceptions dans la gorge, les lèvres (un son qui sort en desserrant la pince) le ventre (quelle joie la première fois où, montant une gamme les yeux fermés, j'ai perçu les modifications de ma colonne d'air à chaque note) tout cela pour une difficulté à travailler isolément et sans partition, jouer un morceau de mémoire, ou une improvisation (où l'on retrouve ce sentiment de découverte de l'instrument, et de son corps avec lui)
- le plaisir provient aussi pour moi de la régularité, comme une sorte de rituel, d'ascèse qui permet la naissance de plaisirs subtils : d'abord un petit moment d'impro et une étude de Verdier pour me chauffer et privilégier la sonorité, puis un jazz d'Allerme parce que c'est ce que je préfère, et le Mozart pour finir par le plus exigeant pour mes lèvres ; un peu plus tard, 5 à 6 études de Sylvie Hue (parfois une leçon entière), car c'est clairement ce qui me fait le plus progresser (et certaines sont vraiment magnifiques); puis un long moment d'impro la nuit, avant ou après les passages difficiles vus dans la journée, ou les gammes et exercices de mécanisme de Klosé ; mais cette belle organisation change souvent, dès qu'elle ressemble à une routine je la bouscule pour écouter mon envie la plus forte, par exemple une session entière consacrée au jazz, ou à Verdier, ou aux anciens morceaux de Sylvie Hue que j'ai cochés dans le livret parce qu'ils me plaisent particulièrement

Sur un nouveau morceau (ou étude, exercice), je m'organise pour aller à l'essentiel :
- au lieu de me jeter dessus à l'arrache, j'anticipe : regard sur la tonalité (l'armature), le rythme, les altérations accidentelles, le thème...
- je déchiffre lentement en essayant de tout mettre en place pour ne pas graver d'erreur dans la mémoire ; une fois entendue la succession des notes, je les chante dans le rythme avant de les jouer (et je refais quand ça bloque), afin de pouvoir les entendre avant de les jouer et que ma colonne d'air puisse se régler d'elle-même
- j'annote ma partition au fur et à mesure des difficultés qui se révèlent : altération que j'oublie, doigté D ou G particulier, flèche pour signaler une respiration à respecter ou un temps à tenir jusqu'à son terme (noire ou silence...), j'inscris un C au-dessus des notes qui canardent (généralement des notes de gorge), un S (pour souffle) au-dessus de celles qui ne sortent pas (généralement sur un Si après bascule au clairon) pour penser à pousser du ventre ; dans la marge, je pointe les lignes à travailler particulièrement, et souligne les passages difficiles pour me concentrer dessus et ne pas reprendre à chaque fois la totalité du morceau (facture d'usure de l'oreille et de l'envie)
- je recherche en amont la cause d'un cafouillage (par exemple une erreur de rythme à la mesure précédente qui m'a désorganisé et gêné pour ajuster ma colonne d'air)
- je joue à un rythme qui favorise la fluidité, je n'utilise le métronome qu'un peu plus tard, souvent juste sur la cadence (sans préciser le temps, c'est moins stressant en cas d'erreur) et pas longtemps, je préfère ensuite un discret battement de mon pied, le métronome me servant surtout à me recaler et à voir où j'en suis par rapport à la cadence demandée
- parfois je joue sans souffler, pour mémoriser l'enchaînement les doigtés en économisant mon souffle
Bon, ça parait très bien sur le papier, mais des fois je fais complètement autre chose, en oubliant mes beaux repères.

Et j'ai fait des choix personnels qui peuvent être discutables (surtout le dernier) :
- j'ai demandé à travailler davantage sur une méthode plus progressive (celle de S Hue) et à diminuer les doses de Klosé et Mozart, difficiles à mon niveau
- je reste sur une anche faible parce que je préfère jouer plus longtemps et gérer les canards avec ma colonne d'air que de m'essouffler, même si le son est un plus nasillard (merci à Dim qui semble défendre les anches faibles sur le forum)
- je détache plus souvent sur le palais que sur l'anche parce que j'en ai marre de passer mon écouvillon, j'espère que j'enverrai moins d'eau dans mon bec au fur et à mesure de ma progression (merci à Polymétis pour son schéma qui m'a fait découvrir cette possibilité)

Voilà. J'attends avec curiosité vos avis, vos questions, vos critiques (voire vos sarcasmes), vos validations, que vous soyez débutants ou confirmés, et surtout le récit de votre organisation personnelle...
La clarinette, c'est comme le kayak : posture et respiration !
papain
Touriste
Messages : 9
Inscription : 24 nov. 2013, 12:42

Re: Le travail personnel à la maison

Message par papain »

Merci Oliv pour ce post très détaillé qui me parait plein de bon sens.
Paulo34172
Curieux
Messages : 83
Inscription : 01 déc. 2019, 17:49

Re: Le travail personnel à la maison

Message par Paulo34172 »

Je me lance un peu.
J'ai commencé la clarinette vers mes six ans et jusqu'a mes dix ans et comme il y avait beaucoup d'enfants qui se mettaient à la clarinette, le directeur de l'école de musique de Bédarieux , m'a dis maintenant que tu est dégrossi je vais te faire passer au saxophone alto ou au début il m'arrivait jusqu'au genoux, et où j'en 'ai joué jusqu'à mes soixante dix ans. J'ai fait du bal et du folk avec un graille du Languedoc chez le groupe Passacaille à Paris.
Bref, je viens depuis trois ans de me remettre à la clarinette ( on abandonne jamais l'idée de reprendre ses débuts musicaux).
Pour me faciliter la chose , j'ai trouvé une clarinette Noblet à plateaux, car sur les trois autres clar... que j'ai ( une Perrier frères Thibouville ) une Couesnon conservatoire et une BF RC, j'ai du mal à bien boucher et ça m'énerve, car gamin j'en jouait bien à l'harmonie de mon village avec la Perrier frères.
Donc j'ai repris des cours et ça va beaucoup mieux. J'ai eu un problème de souffle au début , mais je gère mieux ma colonne d'air.
Pour le travail j'essaie de faire au moins 1/2 heure par jours, je commence à chanter le morceau tout en battant la mesure à 70/80 pulsations , et je repère et je l'écris sur la partition où je dois prendre les doigtés G ou D , ça c'est dur à le faire comprendre , les doigts vont toujours à l'autre doigté.
Donc je travaille souvent par 2 ou 3 mesures et lorsque je commence à bien les jouer au tempo, je passe à la difficulté suivante et j'enchaine ensuite phrase par phrase.
Avec mon prof. je joue du dixie ( creole love call , rose room ; bei mir et parfois du bresilien Carinhoso qui est assez difficile avec les doigté main gauche, main droite ) et avec le logiciel Audacity on peut régler le tempo et on trouve la rythmique sur Ireal pro
Je travaille pas mal de fois aussi sur les gammes blues et pentatoniques sans oublier par exemple la gamme de DO Maj dans les 7 modes avec le fameux livre '( manuel pratique de l'improvisation tous instruments de Daniel Goyone )

Sinon je joue avec un Vando 5RV Lyre et des V12ou 56 rue Lepic en 2.5 ou 3
Avatar de l’utilisateur
jp
Slap's King
Messages : 5019
Inscription : 14 mai 2005, 21:09
Localisation : Grenoble
Contact :

Re: Le travail personnel à la maison

Message par jp »

Salut Paulo!
Content de voir que ça marche, que tu joues et que la Noblet plateaux c'était le bon choix!
jp
"L’histoire nous enseigne que se fier à la future bonne volonté d’un narcissique immoral et vindicatif n’est pas une très bonne stratégie à long terme".M.T. Anderson pour Slate
Répondre